Covid, rentrée, évaluations… Stéphane Fons, directeur adjoint de l’enseignement de la Nouvelle-Calédonie, invité de la matinale

invités de la rédac
Stéphane Fons
Stéphane Fons, directeur adjoint de l’enseignement de la Nouvelle-Calédonie. ©NC la 1ère
Stéphane Fons, directeur adjoint de l’enseignement de la Nouvelle-Calédonie, était l’invité de la matinale du lundi 14 février. Parmi les points abordés en ce jour de rentrée scolaire : les compétences en matière d’enseignement, l’évaluation des élèves en ce début d’année et les contenus pédagogiques pour cette nouvelle année.

Invité d’Anne-Claire Lévêque ce lundi 14 février lors de la matinale radio de NC la 1ère, Stéphane Fons, directeur adjoint de l’enseignement de la Nouvelle-Calédonie a fait le point sur la rentrée scolaire 2022. Voici ce qu'on peut retenir de cet entretien.

L’enseignement, des compétences à plusieurs niveaux

Entre conséquences des intempéries de ces derniers jours et épidémie de Covid, version Omicron, la rentrée se fait en ordre dispersé. Nouvelle-Calédonie, provinces, communes, établissements… qui décide de quoi ? 

"Depuis la loi organique de 1999, la Nouvelle-Calédonie est bien compétente pour définir les programmes, assurer le contrôle pédagogique et mettre en œuvre la formation des enseignants." S’ajoutent les communes, compétentes pour l’entretien des écoles, et les provinces en charge de toutes les autres compétences – dites de droit commun – du premier degré. En clair, le gouvernement pose le cadre que les provinces "peuvent adopter ou adapter".

 

L’évaluation de rentrée

Le Covid avait déjà considérablement perturbé la fin d’année 2021. Certains élèves n’ont pas regagné les bancs de l’école après la fin du deuxième confinement de septembre. Pour s’assurer d’une bonne reprise des élèves et de la bonne acquisition des fondamentaux, les enseignants ont reçu "des outils pour leur permettre d’évaluer l’ensemble des élèves, mesurer leurs apprentissages et, dès la rentrée, mettre en place les groupes de besoin pour que les élèves puissent combler les retards qu’ils auraient pu accumuler".

 

Les priorités pédagogiques de 2022

En plus de pallier les éventuelles difficultés éventuellement accumulées au fil des mois de la crise Covid, les ambitions pédagogiques résident par exemple dans le fait de "s’adapter aux nouvelles conditions d’enseignement", notamment en cas de "fort absentéisme perlé des élèves et éventuellement des enseignants". L’école se prépare ainsi à vivre encore des périodes de continuité pédagogique pour accompagner les élèves absents pour cause d’Omicron.

Autre priorité qui découle de cette situation si particulière : "Travailler sur l’autonomie des élèves. Ça se travaille dès la section des petits. Un élève qui sera absent pourra plus facilement travailler chez lui et aura de meilleurs résultats s’il a été par ailleurs habitué à suivre un plan de travail individuel."