publicité

Le suspect dans l’agression d’une septuagénaire à la Vallée des Colons placé en détention provisoire

L’agression de cette dame de 79 ans la semaine dernière à Nouméa avait provoqué l’indignation générale. Le suspect présumé sera jugé mardi prochain. En attendant, il a été placé au Camp Est. 

© MN NC1ère
© MN NC1ère
  • Par Caroline Moureaux
  • Publié le , mis à jour le
La victime avait été agressée vers 5 h 20, ce samedi 13 avril dernier. Elle venait de sortir rue Taragnat chercher son journal dans sa boîte aux lettres quand un jeune homme l'avait frappée au visage, fait chuté et menacée avec un couteau. Il voulait lui dérober de l’argent. La vieille dame de 79 ans avait réussi à s’échapper et à alerter ses voisins, ensanglantée et avec des hématomes. Elle avait été conduite au Médipôle alors que son agresseur prenait la fuite. 
 

Le suspect a reconnu les faits

L’enquête de la police nationale, et notamment l’exploitation de bandes de vidéosurveillance, ont permis l'interpellation mercredi de l'auteur présumé de l’agression. Il s’agit explique le procureur de la République dans un communiqué, d’un homme de 18 ans, défavorablement connu.
Durant sa garde à vue, il a reconnu les faits.
 

Extorsion avec violences et en récidive

Présenté ce vendredi après-midi devant le Juge des Libertés et de la détention, il a été placé en détention provisoire dans l'attente de son jugement qui interviendra le mardi 23 avril dans le cadre d'une comparution immédiate. 
Il est poursuivi notamment pour l'infraction d'extorsion avec violences ayant entraîné une incapacité de travail temporaire inférieure à 8 jours commise en récidive. Il encourt pour ces faits une peine de 20 ans de réclusion criminelle. 
 

Deux personnes poursuivies pour recel 

Par ailleurs un homme et une femme de 18 et 19 ans, inconnus de la Justice, qui accompagnaient le mis en cause au cours de la nuit ont également été placés en garde à vue. Aucune complicité n'a pu être établie indique le procureur. En revanche, ils ont reconnu avoir bénéficié d'une partie de l'argent volé sans connaître les circonstances précises de l'agression. Ils sont convoqués devant le tribunal correctionnel le 29 juillet pour y répondre de l'infraction de recel.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play