Une transition "nickel": Vale va laisser 500 millions de dollars à l’usine du Sud et à son potentiel repreneur australien

nickel
VALE
Usine de nickel de Vale en Nouvelle-Calédonie. Site minier de Goro en province-Sud ©NC1ere.
Vale veut faire les choses correctement en Nouvelle-Calédonie. Le groupe minier brésilien entend montrer qu’il a changé et qu’il se préoccupe de l’environnement et des hommes. Il laissera un gros chèque, en guise d’au revoir à l'usine du Sud. 
Après la direction de Vale en Nouvelle-Calédonie, et celle de New Century le candidat australien à la reprise du site industriel de Goro Nickel (VNC), c’est au tour de la direction générale de Vale au Brésil de communiquer sur son site internet:

"Vale est entré en exclusivité pour négocier la vente de Vale New Caledonia et informe que l'exclusivité conclue par Vale Canada Limited (VCL) avec New Century Resources Limited (NCZ) pour négocier le la cession de sa participation dans Vale Nouvelle-Calédonie (VNC) a été prolongée d'un commun accord pour 45 jours, permettant de finaliser la négociation avec New Century (NCZ) et d’aboutir à la transaction".
 

Pourquoi Vale-Canada ?

La branche nickel de la multinationale brésilienne à son siège à Toronto, d’où elle dirige les activités mondiales du groupe pour cette matière première industrielle. Cette situation fait suite aux accords passés avec le gouvernement d'Ottawa au moment du rachat de la compagnie minière canadienne Inco, qui est à l'origine du projet de l'usine du Sud en Nouvelle-Calédonie. Inco a été absorbé par Vale en octobre 2006.

Dans sa forme actuelle non contraignante, souligne le communiqué de Vale au Brésil, "la structure de financement comprend environ 900 millions de dollars américains de contributions des parties, dont environ 500 millions de dollars américains  apportés par Vale-Canada (VCL), le renouvellement d'une facilité existante de 200 millions d'euros de l'État français et 200 millions de dollars américains provenant de New Century (NCZ) au moyen d'une facilité de crédit, d'un financement de prélèvement et d'un investissement stratégique pour VNC par des tiers (les actionnaires de la Team Australia, dont le géant bancaire Macquarie ndlr).
 

Consultation du comité d'entreprise

Avec cette annonce, la contribution potentielle de Vale-Canada (VCL) sera spécifiée dans les bilans financiers consolidés de la multinationale brésilienne "pour environ 500 millions de dollars américains" lorsque, sous réserve de la consultation préalable du comité d'entreprise de VNC en Nouvelle-Calédonie, la négociation sera terminée et la transaction signée.
 

Vale a changé

Vale réaffirme son engagement, avec ses actionnaires, "d’honorer son nouveau pacte avec la société civile (après la catastrophe du barrage de Brumadinho ndlr), en contribuant au maintien d'un environnement durable pour une continuité opérationnelle sûre". Le groupe brésilien, traumatisé par la tragédie du 25 janvier 2019, a donc décidé de montrer son nouveau visage en Nouvelle-Calédonie : il s’engage à laisser 500 millions de dollars à l’usine du Sud…
Les Outre-mer en continu
Accéder au live