Un détachement de la Légion venu de Nouvelle-Calédonie intégré à l'armée australienne pour l'exercice "Diamond Dagger"

défense
Australie
Militaires français se familiarisant avec un véhicule de transport blindé M113 AS4 de l'armée australienne, le 30 août 2021. ©Australia Department of Defence @DeptDefence
Les armées françaises et australiennes ont forgé leurs liens pendant les deux guerres mondiales et en Corée. Un détachement de la Légion étrangère se trouve sur le site "Gallipoli Barracks", à Brisbane, pour des exercices conjoints avec une unité de la 7e Brigade australienne.

Ces manœuvres interviennent alors que l’armée américaine célèbre le 70e anniversaire de son alliance avec les alliés les plus proches des Etats-Unis dans le Pacifique, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Les liens tissés de longue date par la France avec ces pays se resserrent. Ainsi, le choix historique fait par l’Australie, en faveur de Naval Group, pour la construction de ses futurs 12 grands sous-marins a marqué une avancée stratégique.

Avec les manœuvres "Diamond Dagger", la France montre qu’elle continue à s’engager sur la sécurité régionale dans sa dimension terrestre.

"Des soldats des Forces armées françaises sont arrivés à la caserne Gallipoli pour commencer l'entraînement avec le 6e RAR", indique le site du ministère australien de la Défense.

28 légionnaires du 2e Régiment étranger de parachutistes [REP] participent aux manœuvres "Diamond Dagger", après avoir intégré la compagnie "Alpha" du 6e Bataillon du Royal Australian Regiment [6 RAR], subordonné à la 7e Brigade de l’Australian Army , a indiqué le site spécialisé Opex 360. "Les légionnaires français sont arrivés en Australie après une mission de courte durée accomplie au sein du RIMaP-NC [Régiment d’infanterie de marine du Pacifique – Nouvelle-Calédonie]".

Après une mise en quarantaine, dès leur arrivée à Brisbane, les légionnaires français ont commencé par se familiariser avec les équipements et les procédures de combat de l’armée australienne. Les manœuvres conjointes doivent durer pendant plusieurs semaines, elles devraient engager des véhicules blindés et des hélicoptères.

Australie
Militaires français se familiarisant avec un véhicule blindé de l'armée australienne, le 31 août au nord de Brisbane. ©Department of Defence @DeptDefence

"L’objectif est de voir comment les soldats australiens de la compagnie Alpha du 6e RAR fonctionnent, de leur montrer nos savoir-faire et de travailler ensemble pour s’améliorer", explique le capitaine Paul, qui commande le détachement français.

Pour les légionnaires, c’est l’occasion de se familiariser aux missions de combat dans la brousse australienne. "Ils sont jeunes, ils sont énergiques, ils sont motivés, ils ont envie d’être ici, ils ont le même enthousiasme d’être en Australie que nous aurions si nous avions eu l’opportunité d’aller en France ou en Nouvelle-Calédonie", a commenté le lieutenant-colonel Richard Niessel, le chef de corps du 6e bataillon [6 RAR] sur le site du ministère australien de la Défense.

"Le plus important est que nous renforcions nos relations avec les forces armées françaises, que nous construisions des liens plus solides, que nous développions notre interopérabilité et que nous apprenions les uns des autres", a poursuivi l’officier australien. 

"Renforcer le lien entre nos deux nations est vital car lorsque nous aurons besoin de travailler ensemble à l’avenir, les fondations seront déjà en place", a-t-il ajouté.

La même ambition avait accompagné le déploiement d’un groupe aérien de l’Armée de l’Air et de l’Espace comprenant des Rafale, au mois de juillet à Hawaï, et précedemment encore celui d'un détachement de l'Armée de Terre au Japon.