Un pompier de Païta agressé lors d'une intervention sur un accident

violence
Le 18, numéro d'urgence pour les pompiers, image d'illustration.
Le 18, numéro d'urgence pour les pompiers, image d'illustration. ©Coralie Cochin / NC la 1ère
Nouvelle démonstration de violence envers des pompiers calédoniens, alors que vient de se tenir leur congrès. L'un d'eux a subi une agression physique en intervenant samedi, en fin de matinée, avec le centre de secours de Païta, en bordure de voie express. L'automobiliste, alcoolisé, s'en est pris à lui.

Pas plus tard que vendredi matin, l'Union des pompiers calédoniens tenait son congrès à Nouméa. Avec une séquence autour des incivilités et des agressions dont les personnels des différentes casernes sont trop souvent victimes. A peine vingt-quatre heures plus tard, cette préoccupation se confirmait à nouveau. Un pompier de Païta a été pris à partie par un automobiliste alcoolisé qui venait d'avoir un accident sur la voie express. 

Colère contre ras-le-bol

C'était vers 11 heures, ce samedi, à hauteur de la sortie vers le lotissement Savannah. Une équipe du centre de secours communal se trouvait sur place avec le SMUR et les gendarmes. D'après les premiers éléments de l'enquête, le conducteur, seul en cause, s'est emporté au moment où son véhicule a été dégagé. Il s'en est alors pris aux pompiers, en particulier l'un d'eux. L'homme a été "frappé par derrière", selon le récit fait sur les réseaux sociaux par l'UPC, qui exprime à la fois son ras-le-bol et son soutien au collègue concerné. Vu par un médecin des urgences, il a trois jours d'ITT, interruption temporaire de travail.

La mairie condamne

"Une procédure est en cours au niveau de la gendarmerie", insiste l'adjudant-chef Steeve Slamat, cadre d'astreinte à la caserne de la commune. "Elle est appuyée par la mairie de Païta qui suit de très près et condamne fermement cet acte de violence. Verbal ou physique, ce sont des actes qui n'ont pas lieu d'être sur des services de secours, que ce soit la police, les pompiers, le corps médical... Ce comportement est inadmissible." L'auteur de l'agression a été emmené à la brigade de gendarmerie pour placement en garde à vue - même s'il n'était pas, dans l'immédiat, en état d'être entendu.

Après le Mont-Dore cette semaine

Dans la nuit de mercredi à jeudi, ce sont les soldats du feu mondoriens qui ont subi des violences, sur la RP1, dans la traversée de Saint-Louis. "La brigade des sapeurs-pompiers du Mont-Dore a été une nouvelle fois victime de jets de pierre et d'agression lorsqu'elle rentrait d'intervention aux alentours de 20 heures", relatait la mairie dans un communiqué. "Un individu présent sur l'îlot routier, faisant ralentir la circulation à son niveau et armé d'un objet de type barre, a attaqué les deux camions de service, rendant pour l'heure les véhicules hors-service."