L’Université de la Nouvelle-Calédonie soutenue dans ses projets innovants

éducation
Université de la Nouvelle-Calédonie Nouville UNC
©NCla1ère
Soutenir des projets innovants pour améliorer le potentiel de croissance et d’emplois des territoires français, c’est l’ambition du troisième programme d’investissement d’avenir. L’UNC et ses partenaires sont lauréats pour trois projets.
Près de 600 millions de francs CFP, voilà le montant global accordé à l’Université et à ses partenaires pour mener à bien trois projets :
  • CROSS, Carrefour pour la Réussite de l’Orientation du Secondaire vers le Supérieur
  • PHARE, Pour l’Hybridation des Apprentissages au service de la Réussite Etudiante
  • Et UnWF, Université numérique des îles Wallis-et-Futuna.
 

Numériser les enseignements 

Trois projets mais un objectif commun :
« C’est les aspects numériques, informatiques, enseignements à distance, enseignements mixtes, on dit parfois hybrides, et tout cela dans l’objectif d’accroître d’une part la réussite des étudiants dans l’enseignement supérieur, mais également d’accroître l’accès des jeunes à l’enseignement supérieur » explique Gaël Lagadec, président de l’université de la Nouvelle-Calédonie. 
Le projet PHARE notamment, se concentre sur la numérisation des enseignements. Une démarche qui n’est pas nouvelle. Mais la crise sanitaire lui a donné un important coup d’accélérateur.
« On est passé au premier semestre par une phase extrêmement compliquée qui était celle du confinement. Les cours en présentiel ont dû s’arrêter puisque la fac était fermée. Si l’on n’avait pas eu toutes ces interfaces numériques, si l’on n’avait pas eu la possibilité des enseignements en ligne, on aurait été dans une situation réellement catastrophique » confie Yann Bévant, maître de conférences en anglais.
Studio UNC
Un studio pour enregistrer et numériser des cours. ©NCla1ère
 

Aider étudiants et enseignants 

Restent la fracture numérique qui concernerait 20 % des étudiants et les besoins en moyens techniques et humains pour développer la numérisation. Le projet PHARE prévoit trois actions principales.
« La première est une action auprès des étudiants. La première des choses sera de les aider à être équipés, puisque l’on parlait de la fracture numérique. Une autre action sera auprès des enseignants, leur donner les moyens de fabriquer, de créer leurs enseignements en numérique, de les mettre ensuite à disposition et ensuite, troisième axe, c’est d’avoir de l’équipement complémentaire » détaille Pascal Pagand, vice-président de l’UNC en charge des formations. 

Financé à 100 % par le troisième programme d’investissement d’avenir, PHARE coûtera 120 millions de francs CFP. Le projet CROSS pour l’orientation recevra 440 millions et l’université numérique de Wallis-et-Futuna 33 millions. Tous débuteront à la rentrée 2021.
Les explications d’Anne-Claire Lévêque et Laura Schintu.