Usup : rétablir le dialogue d'ici deux semaines

nickel
Usup Madelaine
©Laura Schintu

Le collectif Usine du sud Usine pays a tenu une conférence de presse ce matin à la Madeleine. Le collectif a déclaré vouloir engager les discussions avec la province Sud. Il espère poser un cadre propice aux négociations d'ici la fin du mois de février.

Rétablir le dialogue. Après six mois de mobilisation active, le collectif Usine du sud Usine pays annonçait ce matin vouloir une reprise des discussions avec la province Sud. Il se fixe deux semaines pour s’entendre sur un cadre de négociations et envisager une résolution du conflit autour du départ de Vale. « Le processus a été un processus de radicalisation extrême depuis novembre où on a vu que les choses nous échappaient, qu’on ne comprenait plus rien sur les choix de l’industriel. Aujourd’hui il est temps de ramener le calme et d’ouvrir de vraies discussions pour que les choses évoluent correctement », détaille Raphaël Mapou, du collectif Usup.

Le reportage de Laura Schintu et Christian Favennec :

Une expertise environnementale

Au cœur du débat : la sécurité environnementale et la maîtrise des impacts sur les écosystèmes naturels et sur la santé des populations. Le collectif assure qu’il s’attachera à ce qu’une expertise environnementale du complexe industriel soit réalisée. « On a posé un préalable, un préalable environnemental, qui n’est pas un facteur bloquant. Il s’agit pour nous d’avoir des éléments chiffrés, des éléments qui vont éclairer les décisions qui doivent se prendre à l’issue du pré-rapport qui doit être fourni par Greencross. C’est l’entité et l’ONG qu’on a retenue et qu’on a proposée, pour laquelle on a aucun retour. Ni de l’État, ni de Vale », précise Anthony Lecren, du collectif Usup.

Un pré-rapport pour la suite des discussions

Selon le collectif, Greencross fournirait, au bout de six semaines, un pré-rapport qui servirait de base pour aller plus loin dans les discussions. 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live