publicité

Les variations de prix touchent aussi les associations caritatives

Des courses à l’épicerie solidaire qui reviennent plus cher, des colis de Noël dont le coût a augmenté d’un quart: les associations qui viennent en aide aux populations les plus précaires de Nouvelle-Calédonie ont de plus en plus de mal à le faire. 

Courses à l'épicerie solidaire de Saint-Vincent-de-Paul, à la Vallée-du-Tir. © NC la 1ere / Claude Lindor
© NC la 1ere / Claude Lindor Courses à l'épicerie solidaire de Saint-Vincent-de-Paul, à la Vallée-du-Tir.
  • Caroline Antic-Martin et Claude Lindor, avec F.T.
  • Publié le
Jour de fête, à l’épicerie solidaire que la société Saint-Vincent-de-Paul gère à la Vallée-du-Tir, à Nouméa. Grâce à la générosité des Calédoniens, l’association peut cette année encore offrir des centaines de jouets à des familles dans le besoin. Mais dans les rayons, l’ambiance s’avère moins festive. Malgré la baisse de taxe sur certains produits, les clients ont de plus en plus de mal à remplir leurs caddies.
 

Des aliments moins coûteux…

Certes, des aliments de première nécessité comme le lait, le sucre, la farine et l’huile sont exonérés de TGC et donc moins chers depuis le passage à la nouvelle taxe, le 1er octobre. «Pour les denrées de première nécessité, oui, les gens sont contents, ils disent que ça a baissé un peu», relate Patricia Kopila, caissière à l’épicerie de Saint-Vincent-de-Paul.
 

… mais des plats cuisinés plus chers

Mais les plats cuisinés, taxés à 3 %, sont désormais plus chers. En revanche, souligne la présidente de l’antenne calédonienne, Marie-France Michel, «le cassoulet, les lentilles cuisinées, ont été augmentés. Et ça, c’est ce que le personnes viennent acheter parce que, dans certains endroits, ils ne peuvent pas trop cuisiner et là, il y a juste à chauffer. Le café, ajoute-t-elle, a pris par exemple une augmentation. Nos familles prennent du café le matin. C’est très cher, pour eux.»
 
Colis alimentaire de Noël offert par le Secours catholique. © NC la 1ere / Claude Lindor
© NC la 1ere / Claude Lindor Colis alimentaire de Noël offert par le Secours catholique.
 

Un colis alimentaire 700 F plus cher

Une hausse des prix également ressentie par l’antenne du Secours catholique. Son traditionnel colis alimentaire de Noël a augmenté de 25 % en un an. «Un colis, l’année dernière, nous coûtait 2800 F, explique le délégué Jean-François Kerrand. Cette année, avec la même chose dedans, ça coûte 3500 F. Pour mille colis, on passe de 2,8 millions à 3,5 millions.» 
Et comme un malheur n’arrive jamais seul, les subventions publiques s’avèrent à la baisse ou tardent à arriver.

Le dossier de Caroline Antic-Martin et Claude Lindor.
DIFFICULTES ASSOCIATIONS CARITATIVES
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play