Vidéo. Dakata : se mettre à l’ombre pour sauver sa peau !

santé
Dakata : se mettre à l’ombre pour sauver sa peau ©NC La 1ère
C’est l’organe le plus lourd et le plus étendu du corps humain – jusqu’à 2 m² pour un adulte : la peau peut souffrir de nombreuses pathologies, bénignes mais invalidantes comme l’eczéma ou la gale, mais parfois graves, comme le mélanome ou le carninome. Dakata du 28 juillet 2022 fait le point sur les maladies qui touchent la peau.

C’est le pire ennemi de notre peau, et la Calédonie avec des indices UV classés "extrêmes" la plus grande partie de l’année, y est particulièrement exposée: le soleil est à l’origine des deux formes de cancer qui touchent la peau, le mélanome et le carcinome.

"Les UV c’est une agression contre notre peau. Ils bombardent nos cellules qui commencent à avoir des petits dégâts d’ADN. Il y a une auto-réparation jusqu’à ce que finalement il n’y ait plus d’auto-réparation possible. A partir de ce moment-là, la peau ne joue plus son rôle de bouclier et il commence à y avoir des dommages sur les cellules. C’est là qu’elles commencent à se cancériser", explique Nolwenn Coquart, dermatologue.

Coup de soleil égale danger

Plus grave, car pouvant se métastaser, le mélanome est plus particulièrement dû aux coups de soleil contractés dans l’enfance, d’où l’importance de se protéger. "Avec une crème solaire d’indice 30 minimum", précise le Dr Gianmaria Drovetti, cancérologue. Le mieux étant "de porter des vêtements de type lycra pour la baignade, qui protègent mieux que la crème solaire et de mettre un chapeau et des lunettes de soleil", complète le Dr Coquart.

Toutes les personnes qui ont eu d’importants coups de soleil dans l’enfance ne vont pas pour autant développer un cancer. L’hérédité et le phototype (c’est-à-dire la teinte naturelle de la peau) jouent un rôle important, mais il est important de surveiller d’éventuelles lésions ou les changements qui interviennent sur des grains de beauté déjà existants.

Surveiller ses grains de beauté

Pour cela, on peut s’aider de la méthode "a,b,c,d,e": A, pour asymétrie, B pour bords irréguliers, C pour couleur polychrome, D pour diamètre supérieur à 6 mm, et E pour évolutive. Si un ou plusieurs de ces critères sont remplis, il faut alors montrer la lésion à un médecin. Mais dans tous les cas, "si vous avez une lésion qui saigne spontanément, si vous avez une lésion qui gratte, une lésion qui a changé de forme de contour, de taille, qui a pris du volume alors qu’elle n’en avait pas ce sont des signes qui doivent alerter et faire venir consulter", indique le Dr Coquart.

Des progrès fulgurants en cancérologie

Car comme dans beaucoup de cancers, la prise en charge précoce augmente le nombre de chances de survie. D’autant qu’en ce qui concerne le mélanome malin, la forme la plus agressive de cancer de la peau, la science a fait beaucoup de progrès: "Il y a dix ans, l’espérance de vie était de seulement 9 mois pour un mélanome avec métastase. Aujourd’hui, on en guérit un sur deux grâce aux immunothérapies et aux thérapies ciblées", précise le docteur Drovetti.

Moins agressif, le carcinome, qui se présente souvent sous la forme d’une petite boule de couleur rosée, ne métastase que rarement. Mais certaines formes de cette tumeur peuvent évoluer en lésions cancéreuses de taille importante, il est donc là encore important de montrer toute lésion nouvelle ou tout grain de beauté évolutif à un médecin.