publicité

Le violeur présumé de Vavouto aux Assises

Le 29 décembre 2016, la vie d'une employée travaillant à l'usine du Nord bascule. Elle est violée sur le parking. Comment une telle chose a t-il pu arriver sur le site même de Vavouto? Une question qui trouvera peut-être une réponse lors de ce procès.

  • Natacha Cognard avec Nadine Goapana
  • Publié le , mis à jour le
Ce soir là, une employée d'une société sous-traitante s’apprête à récupérer son véhicule mais sur son chemin, elle croise un homme qui la menace de mort et la viole. La victime avait  réussi à prendre la fuite et à donner l’alerte. La gendarmerie Nationale publie un portrait robot. Au moment des faits, l'homme était vêtu d'une chasuble jaune à manches courtes et d'un pantalon bleu marine avec bandes réfléchissantes.
© Gendarmerie Nationale
© Gendarmerie Nationale

Au lendemain du viol, les employés de l'usine se sont rassemblés devant le site de Vavouto dès 8h du matin. Tous ont voulu marquer leur solidarité avec la victime. Ils ont aussi interpeller la direction sur l'insécurité qui règne alors sur leur lieu de travail.
Vavouto : manifestation de soutien à la victime du viol

Trois semaines  plus tard l’auteur présumé est arrêté
Selon l’enquête, l’homme en question, originaire de Voh avait déjà travaillé  sur site, salarié d’une société de sous-traitance. Il s’est donc habillé comme un employé de l’usine pour pouvoir s’y introduire et dérober des fers à béton.
Mais il a rencontré  la jeune femme et il est passé à l’acte.
Déjà connu de la justice pour violences conjugales, l’accusé jugé pour viol, encourt une peine de 15 années de réclusion criminelle.

Sur le même thème

  • justice

    Nouvelle session d'assises à partir du 19 juin

    La prochaine session d’assises en Nouvelle-Calédonie se tiendra à Nouméa du 19 juin au 4 juillet. Elle concernera trois affaires de viol sur mineurs et trois crimes de sang qui seront jugés en appel, dont le double infanticide de la baie Toro et l'affaire Tamaï.

  • justice

    Cinq hommes au Camp-Est après l’agression sordide d’un automobiliste

    Un mois après l’agression d’un automobiliste retenu dans sa propre fourgonnette, cinq personnes sont en détention provisoire. Une sixième a été placée sous contrôle judiciaire. Tous ont été mis en examen pour viol en réunion, séquestration, vols avec violences et menaces de mort.

  • justice

    Les peines des transporteurs de cocaïne alourdies en appel

    La cour d’Appel de Nouméa a pris ce mardi deux décisions concernant les 3 hommes interpellés l’an dernier avec près de 600 kg de cocaïne dissimulés dans un voilier. La détention illégale a été reconnue, mais les peines ont été alourdies au pénal, et les prévenus restent en prison.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play