publicité

Un vol en parapente record, du Sud au Nord

Le record de Calédonie de distance en parapente a été battu! Le 3 décembre, Xavier Girin a parcouru 175 km en vol libre des Dzumac, à Dumbéa, jusqu’à Népoui, au pied du Kopéto. A ses côtés, Titouan Galéa, champion de kitefoil, a réalisé un vol de 165 km. Récit d’un double exploit.

Une image de ce vol exceptionnel captée par caméra GoPro. © Xavier Girin
© Xavier Girin Une image de ce vol exceptionnel captée par caméra GoPro.
  • Sheïma Riahi, avec F.T.
  • Publié le , mis à jour le
Des Dzumac, au pied du Kopeto. Entre montagne et mer, jusqu’à 2000 mètres d’altitude. Un défi physique, avec plus de six heures de vol et 175 km parcourus. Jamais un parapentiste en vol libre n’était monté aussi haut, en Nouvelle-Calédonie, avec des courants thermiques. Xavier Girin, trente ans de parapente à son actif, bat un record qui datait de 2013, à savoir 165 kilomètres.
 

«Possible d'aller jusqu'à Koné»

«Les conditions depuis cinq ans n’ont pas arrêté de se détériorer au gré des cycles météo. Il fallait qu’il y ait des anomalie comme il y en a eues il y a quelques jours», souligne le parapentiste, également moniteur pilote sur biplace, qui relativise: «J’ai juste amélioré le record. Personnellement, je sais que c’est possible d’aller jusqu’à Koné. Ce qui représente 200 kilomètres en ligne droite. C’est une demi-victoire, on va dire… En tout cas, une belle étape, un super vol et des très beaux souvenirs.»
 

Des plafonds exceptionnels

Il raconte. «Comme toujours en parapente, c’est l’inconnu qui prime. Une fois qu’on a décollé, on sent la masse d’air, on essaie d’estimer le potentiel du jour et d’optimiser un max. Ce jour-là, on a tout de suite découvert que les plafonds, c’est-à-dire la hauteur jusqu’à la base des nuages, étaient assez exceptionnels. Il nous manquait un peu de vitesse. On a progressé lentement. Ceci étant, on a pu monter haut, pour ensuite planer le plus loin possible, avant de pouvoir remonter, et planer de nouveau…»
 
Xavier Girin et Titouan Galéa, au spot de parapente du Ouen Toro. © NC la 1ere / Sheïma Riahi
© NC la 1ere / Sheïma Riahi Xavier Girin et Titouan Galéa, au spot de parapente du Ouen Toro.
 

Titouan Galéa plane encore

Des conditions optimales, la Chaîne centrale comme terrain de jeu, une vue sur les deux côtes… Avec son casque de kitesurf, Titouan Galéa plane encore. L’enfant de Koumac fait actuellement partie du top dix mondial en foil, mais il avait seulement une vingtaine d’heures de vol au compteur. Et il a réussi l’exploit de rallier Dumbéa à Népoui. 165 km de calme et de plénitude. «C’était magique, surtout de partager ça avec un ami, confie-t-il. On a pu monter assez haut. Là, on voit vraiment une partie de la Calédonie. Quand on est au milieu de la Chaîne, on voit la côte Ouest et la côte Est. On a survolé à Bourail tout le lagon de Poé, c’était vraiment magnifique.»
 

Emotions intenses

Des émotions encore intenses pour les deux parapentistes, une semaine après leur exploit. «Au gré des des conditions, ce sera toujours un super plaisir de pouvoir partager des moments aussi forts que ça, ajoute Xavier Girin. Malheureusement, c’est la météo qui décide. Il n’y a aucun moyen de savoir vraiment quand et où ça va se reproduire.» Et la prochaine fois, ils comptent bien rallier Koné!
 
Vol depuis le Ouen Toro. © NC la 1ere / Sheïma Riahi
© NC la 1ere / Sheïma Riahi Vol depuis le Ouen Toro.

Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play