Guerre en Ukraine : les vols depuis et vers la Calédonie perturbés

transports
Air France en Guyane
La Russie a décidé de fermer son espace aérien à plusieurs compagnies, tandis que certaines d’entre elles dont Air France ont décidé de ne plus survoler le territoire russe. Conséquence, les liaisons aériennes sont perturbées, notamment depuis et vers la Métropole. Air France maintient toutefois les vols du lundi 28 février.

C’est la mauvaise surprise du week-end pour de nombreux voyageurs qui doivent rentrer en Nouvelle-Calédonie ou quitter le Caillou. Plusieurs d’entre eux, et avec des billets sur des compagnies aériennes différentes, ont appris l’annulation de leur vol Paris-Tokyo ou Tokyo-Paris. En cause, la guerre ukrainienne qui désorganise totalement le transport aérien international. Toutefois, selon nos informations, aucun voyageur n’est bloqué à Tokyo et Air France assurera les liaisons depuis et vers Paris prévues ce lundi 28 février. Aircalin assure qu'elle travaille parallèlement au reclassement des clients Finnair dont le vol a été annulé.

Nouveaux plans de vol

Ce week-end, Air France avait annoncé arrêter jusqu’à nouvel ordre des vols à destination ou en provenance de la Russie mais aussi "suspendre temporairement les vols à de/vers la Chine, la Corée et le Japon, le temps d’étudier les options de plans de vols permettant d’éviter l’espace aérien russe, dans le respect des directives des autorités françaises et internationales." Les vols KLM sont également concernées.

Aircalin précise de son côté par communiqué que "cette suspension n’entrainant pas automatiquement l’annulation des vols prévus, un point sera communiqué dans le courant de la journée."

De nombreux pays européens ont eux décidé d’interdire leur espace aérien aux compagnies ruses. Par mesure de rétorsion, Moscou a décidé en retour d'interdire le survol de son territoire à plusieurs pays comme le Royaume-Uni, la Lettonie, la Lituanie, l'Estonie, la Slovénie, la Bulgarie, la Pologne et la République tchèque.

Voyez par ailleurs ce résumé de Laurence Pourtau et Gaël Detcheverry : 

©nouvellecaledonie