Vraie fausse polémique sur le prix des huîtres

économie
huitres noel
A l'approche de noël, le prix des huîtres ne devrait pas s'envoler au prétexte que le gouvernement a passé la TGC sur les huîtres importées à 22%. L'affaire avait été dénoncée sur le site Commerce et Vérités NC, suscitant l'indignation de nombreux internautes et importateurs. 
Sur la page Facebook du commerce de Nouvelle Calédonie (Commerce et Vérités NC), un internaute dénonce une mauvaise manière du gouvernement : le 4 décembre, soit au moment même où les consommateurs prévoient leurs plateaux de Noël, l'exécutif décide de passer la TGC sur les huîtres importées de 3 à 22 %. « Du grand n’importe quoi », « on change les règles du jeu en cours de route », « en octobre, ça aurait été bon, mais là, c’est trop tard. Si on ne vend pas notre marchandise, c’est quand même un produit vivant, ça veut dire que c’est fichu ! ».  Les commentaires des importateurs se multiplient. L’un d’eux reconnaîtra quand même que malgré tout, ils ne répercuteront pas cette augmentation sur le consommateur…  « simplement, cette année, on fera un peu moins de chiffre ».


Une mise à jour après un oubli


Pas beaucoup moins, en fait car selon le gouvernement, il ne s’agit que d’une mise à jour. Et les acteurs du marché de l’huître le savent. Car quand la TGC a été mise en place, le taux pour toutes les huîtres, locales ou importées était effectivement de 3%. Mais, dans l’ancien système de taxation, il y avait déjà un taux différencié. Faible pour les locales, fort pour les importations, puisqu’elles pourraient étouffer la production locale. Le 4 décembre, tout a donc été remis en place. Le président du gouvernement reconnaît au passage, que ce genre de polémique risque de se reproduire puisque d’autres produits calédoniens se trouvent dans une situation similaire, par rapport aux importations. 

Le consommateur ne devrait donc pas souffrir de cette vraie fausse hausse. D’ailleurs, les promotions sur les huîtres aujourd’hui donnent des prix sensiblement identiques à ceux de l’année dernière.