Nouvelle-Zélande: tous les stocks de lait contaminés retirés de la vente

océan pacifique
vache
Il n’y aurait plus de risque sanitaire concernant le lait contaminé par la toxine botulique. Les autorités néo-zélandaises ont aidé la coopérative laitière à gérer la crise.
Tous les stocks de lait en poudre néo-zélandais susceptibles d'avoir été contaminés par une bactérie potentiellement mortelle ont été retirés de la vente selon le PDG du groupe laitier Fonterra. La coopérative, qui rassemble 13.000 agriculteurs, a révélé que trois lots de petit-lait (lactosérum), utilisé pour la fabrication de laits maternisés et de boissons pour les sportifs, contenaient une bactérie pouvant causer le botulisme, une intoxication susceptible de provoquer la paralysie, voire la mort. Pour le moment, aucune victime n'est à déplorer.Plusieurs pays, dont notamment la Chine, Singapour, la Malaisie, la Russie et l'Arabie Saoudite, avaient rapidement pris des mesures pour que les lots de produits laitiers contenant cette bactérie soient retirés de la vente. La Nouvelle-Zélande, dont les exportations sont pour un quart des produits laitiers, a dépêché hier des agents gouvernementaux sur des sites Fonterra en Nouvelle-Zélande et en Australie, afin d'aider Fonterra à gérer cette crise. L'affaire a démarré le week-end dernier mais elle se rapporte à une contamination datant de mai 2012, provoquée par des tuyaux mal lavés, sur un site néo-zélandais. Des lots de lactosérum, utilisés dans la fabrication d'autres produits, avaient été contaminés.