polynésie
info locale

Un new-yorkais exonéré après 29 ans de prison pour meurtre

justice
Un new-yorkais exonéré après 29 ans de prison pour meurtre
David Mc Callum a passé 29 ans en prison ©photo: Keystone/Marc Lamy)
Le verdict était entièrement basé sur leurs aveux
Un New-Yorkais en prison pour meurtre depuis 29 ans a été exonéré mercredi par le procureur de Brooklyn, et un juge devait décider dans la journée de sa remise en liberté.
              
David McCallum avait 16 ans en 1985 quand il avait été arrêté avec Willie Stuckey (décédé depuis et également âgé de 16 ans à l'époque), pour l'enlèvement chez lui dans le Queens et le meurtre le 20 octobre 1985 d'un jeune de 20 ans.
              
Le corps de la victime, Nathan Blenner, avait été retrouvé le lendemain par des enfants sur un terrain vague de Bushwick à Brooklyn.
              
Les deux adolescents avaient été arrêtés peu de temps après, et avaient confessé le meurtre. Ils avaient été condamnés pour meurtre, enlèvement et vol l'année suivante, à une peine de 25 ans minimum pouvant aller jusqu'à la réclusion à perpétuité.
              
"Après avoir revu tous les faits et les circonstances du dossier de McCallum et Stuckey --le verdict était entièrement basé sur leurs aveux-- les condamnations ne peuvent pas tenir", a déclaré le procureur Ken Thompson dans un communiqué, affirmant que leurs aveux étaient "faux".
              
"Dans l'intérêt de la justice, je demanderai aujourd'hui à un juge d'annuler les condamnations pour meurtre de David McCallum et Willie Stuckey", a-t-il ajouté, en estimant que M. McCallum "devait être libéré de prison".
              
Depuis que M. Thompson a pris ses fonctions en janvier, une centaine de dossiers litigieux sont en attente de réexamen par une unité spéciale, l'"unité de réexamen des condamnations" (CRU), à la tête de laquelle M. Thompson a nommé un professeur de droit d'Harvard, Ronald Sullivan. La CRU travaille également avec un groupe de trois avocats indépendants.
              
"La CRU a conclu que les aveux (des deux adolescents) étaient faux, et n'étaient pas étayés par des témoins ou éléments physiques", précise le communiqué.
              
A cette date, les travaux de la CRU ont conduit à l'annulation de neuf condamnations. Dix-sept ont à l'inverse été considérées comme justifiées.
              
Source Afp
                

Publicité