Championnat du monde de va'a 2018 : ça se précise !

archives d'outre-mer
Hawaiki Nui Va'a 2012
Photos et vidéo à partager sans modération... ©la1ere
Un effectif de 450 personnes, statuts confondus, sera mobilisé au sein du comité d’organisation local (COL). Le pays réfléchit à un aménagement du domaine public communal “Aorai Tini hau” et de la cité scolaire de Taaone
Le 3 février 2015, la Fédération Internationale de Va’a (FIV) a décidé de confier l’organisation des championnats du monde de Va’a de vitesse de 2018 à la Polynésie française. Ainsi, les XVIIIèmes championnats du monde de Va’a se dérouleront du 25 juin au 8 juillet 2018, dans la baie de Taaone.
 
Le soutien du Pays et de la commune de Pirae offrent à la FTV des garanties sur leur contribution tant au plan financier, humain que logistique. Fort du succès des championnats du monde de va’a organisés en 1986, à Pirae, et en 2002, à Bora Bora, la candidature tahitienne peut s’appuyer sur une expertise reconnue sur la scène internationale.
 
Organisés dans le cadre des festivités du Heiva i Tahiti qui chaque année mobilisent près de 30.000 polynésiens autour des chants, danses et sports traditionnels, ces championnats du monde auront une véritable dimension populaire et festive.
 
Tahiti Va’a 2018 ambitionne de fédérer 30 pays représentés par 2500 athlètes et officiels, dont 500 locaux. L’organisation de ces championnats du monde sera établie avec 3 niveaux de concertation et de décisions définis par un comité organisateur local (COL) représenté par l’association Tahiti Va’a 2018, une cellule opérationnelle et un comité de coordination
 
Un effectif de 450 personnes, statuts confondus, sera mobilisé au sein du COL à l’occasion des championnats dont 16 salariés du COL pour le personnel permanent, 80 agents missionnés représentant les agents des collectivités et 350 volontaires bénévoles.
 
La participation du Pays et de la Ville de Pirae à l’organisation de ces championnats justifie la mobilisation de leurs services respectifs. Un comité de coordination, co-présidé par le ministre des Sports et le président du “COL Tahiti Va’a 2018” sera aussi mis en place. Il aura pour mission d’identifier les interventions du Pays, de l’Etat et de la garantir leur mise en œuvre dans les délais impartis et de coordonner les actions de leurs services respectifs.
 

Le site de compétition 

 
La compétition est composée de deux championnats du monde de vitesse bien distincts, le championnat du monde Elite des nations et le championnat du monde des clubs
 
Le choix de la baie de Taaone, comme site de compétition, offre aux organisateurs et aux participants des services de qualité, générés notamment par la proximité du Village officiel basé dans la cité scolaire du Taaone, de l’hôtel Royal Tahitien dédié à l’accueil des officiels, du Centre hospitalier de Polynésie française (CHPF), du centre-ville de Papeete et de l’aéroport international de Faaa.
 
Le site de compétition nécessite de prêter une attention particulière à la qualité des eaux du lagon, ainsi que des infrastructures indispensables pour l’organisation de la compétition qui seront déterminées à l’issue d’une visite officielle de la FIV en 2015.
 
Le budget prévisionnel est évalué à 270 millions de francs Pacifique. Les subventions allouées par les collectivités se déclinent comme suit:
  • Pays: 30 million de francs Pacifique soit 11 %
  • Etat: 14 million de francs Pacifique soit 6 %
  • Ville de Pirae: 6 million de francs Pacifique soit 2 %
La dotation du Pays sera attribuée par le canal de l’IJSPF, à raison de 10 millions de francs Pacifique par an à compter de l’année 2016. évènement devrait engendrer de multiples retombées pour le Pays tant sur le plan financier que sur le plan social.
 
Un aménagement du domaine public communal “Aorai Tini hau” et de la cité scolaire de Taaone, dans la perspective des Jeux du Pacifique 2023, serait également un projet favorable grâce à l’organisation de ces championnats en Polynésie française. En termes d’éducation, une sensibilisation des jeunes à la protection du littoral, des lagons et des rivières au travers de projets pédagogiques scolaires et périscolaires devrait également être mise en place.
 
Source : communiqué du conseil des ministres
Les Outre-mer en continu
Accéder au live