Afaahiti : les vols dans les champs des agriculteurs ont baissé

faits divers
Des agriculteurs victimes de vols à répétition dans leurs champs
Archives, 20 septembre 2021. ©Polynésie la 1ère
Les gendarmes sont allés à la rencontre des agriculteurs ce matin. Le but : faire un état des lieux et voir ce qui a changé depuis leurs plaintes. Apparemment, les vols ont beaucoup diminué. Ils avaient commencé il y a un an.

Un mois après la révélation des vols dans les champs des agriculteurs d'Afaahiti, les choses ont changé. Ce matin, les gendarmes sont allés à leur rencontre pour évaluer la situation. 

Vols agriculteurs
©Polynésie la 1ère

 

Les agriculteurs notent qu'il y a quand même beaucoup moins de vols qu'en juillet et août et plus aucune vente en gros en bord de route. Hormis quelques larcins, le dernier vol date d'il y a un mois et demi.

Le plus impacté était Nelson Van Cam qui exploite 45 hectares. Les autres ont entre 2 et 10 hectares. L'ensemble représentant une centaine d'hectares.

Des agriculteurs victimes de vols à répétition dans leurs champs
Archives, 20 septembre 2021. ©Polynésie la 1ère

 

Une quinzaine d’agriculteurs avaient été volés : pas seulement des légumes, mais aussi du matériel, du mazout, des stocks de terreau (100), des fruits, et même des cochons !

Les 3 derniers malfrats ont été pris en flagrant délit le mois dernier. En moyenne, ils volaient entre 300 à 400 kilos par semaine dans divers champs.

Les gendarmes travaillent toujours sur l'éventualité d’un réseau plus important d’association de malfaiteurs. Mais rien n’est encore établi.

Ecoutez le chef d'escadron Jérôme Godfroy, commandant de la gendarmerie des îles du Vent :

Commandant Godfroy

 

Les agriculteurs souhaitent la mise en place d'un gardiennage à l’entrée et à la sortie du plateau, où se situent les exploitations concernées, pour surveiller toutes les terres. Mais le SDR craint que les gardiens abusent et revendiquent ensuite les terres !

Pour la gendarmerie, la vidéo-surveillance serait plus appropriée. Une idée qui intéresse les agriculteurs. 

Les gendarmes souhaitent metre en place une coopération avec eux car il ne leur est pas facile de contrôler des champs aussi ouverts.