Astronomie : découverte de Proxima b, l'exoplanète la plus proche de la Terre

sciences
Vue d'artiste de la surface de Proxima b
Vue d'artiste de la surface de Proxima b. ©ESO/M.KORNMESSER
Révélée par un consortium international de chercheurs dans la revue Nature, cette exoplanète fait partie des 3500 détectées depuis vingt ans. Située à "seulement" 4,2 années lumières de la terre, Proxima b remplirait, selon les probabilités, toutes les conditions pour abriter la vie.
La découverte d'exoplanètes est désormais presque banalisée, tant la probabilité qu'il existe de l'eau à l'état liquide sur ces dernières est faible.

Proxima b, qui se situe dans la constellation du Centaure, est asservie à une naine rouge, une étoile comparable à notre soleil : Proxima Centauri.
Mieux encore, Proxima b, d'une masse comparable à la Terre, se situe dans l'orbite "tempéré" de son soleil. C'est à dire qu'elle est assez loin de l'étoile pour ne pas être surchauffée, et assez près pour ne pas être glaciale.

Si la distance de Proxima b par rapport à son étoile est un fait établi par les scientifiques, le doute persiste quant à savoir si elle dispose d'une atmosphère. Pour rappel, l'atmosphère permet, grâce à l'effet de serre, de servir de bouclier aux rayons ultraviolets, beaucoup trop puissants pour permettre à la vie de se développer.
Le doute est aussi permis quant à savoir si Proxima b disposait à l'origine d'un réservoir d'eau conséquent, auquel cas il resterait encore des vestiges d'eau liquide à sa surface. Si le réservoir d'eau de l'exoplanète était plus restreint, alors cette eau aurait pu se transformer en glace, et les rayons ultraviolets de la naine rouge à laquelle elle est rattachée aurait pu faire fondre doucement cette glace, pour former des rivières ou des lacs.

Tout est une question de probabilités. Ce qui est sûr, c'est que sans atmosphère protectrice, sans ce filtrage des rayons solaires, il ne peut y avoir de vie sur Proxima b.

Toutes ces hypothèses seront confirmées lorsque les scientifiques pourront observer cette planète grâce aux instruments révolutionnaires : le téléscope spatial James-Webb, ou le fameux téléscope géant E-ELT, actuellement en construction au Chili.
En revanche, pour aller observer cette planète dans la constellation du Centaure, il faudra patienter : la lumière mettrait 4 ans à y parvenir. Autrement dit, s'il on envoyait une sonde pour observer Proxima b, elle arriverait sur place... dans environ 80000 ans.