Bora Bora : l'agriculture à la place du tourisme en berne

agriculture bora-bora
agriculture Bora Bora / potager / faapu
©Polynésie la 1ère

Un an passé et la situation sanitaire qui devait durer trois mois perdure. Les nouvelles mesures concernant les voyageurs n’arrangent pas la situation. Surtout à Bora Bora, île touristique. Nombreux sont les habitants qui ont décidé de se reconvertir et à choisir l’agriculture.

En attendant la relance du tourisme international, à Bora Bora, des salariés de structures hôtelières, aujourd'hui à l'arrêt, se sont reconvertis dans l'agriculture pour remettre du sens dans leur existence. C'est le cas de Thierry, qui a échangé les pontons de l’hôtel où il travaillait pour les allées de son potager.

L'homme est un autodidacte, il s'est formé grâce à internet. Aujourd’hui, il partage son savoir-faire au sein de l’association Ahutai dont il est le président. "L'idée du potager familial est de donner des formations, connaître le compost, comment se nourrit la terre pour pouvoir ensuite donner à manger aux plantes", explique Thierry. 

24 associations comme celle de Thierry existent désormais à Bora Bora. Elles répondent à une forte demande de la population qui se tourne désormais vers le travail de la terre. "Aujourd'hui, on a vraiment délaissé le côté le faapu et on a vécu avec le tourisme (...) La crise nous a permis de revenir à la source. Ce n'est pas évident mais il faut le faire", confie Alexandre Tuairau, employé dans l'hôtelerie. A Bora Bora, 2 000 habitants vivent du tourisme. C’est autant de personnes qui cherchent à s’en sortir  avec l’agriculture comme première alternative.