polynésie
info locale

Les comptes administratifs 2017 excédentaires de 6 milliards cfp

assemblée de polynésie française
Les comptes administratifs 2017 ont été validés à l'occasion de la 3e séance de la session administrative
Les comptes administratifs 2017 ont été validés à l'occasion de la 3e séance de la session administrative ©Polynésie.1
L'assemblée de Polynésie a adopté jeudi 21 juin les comptes administratifs 2017. Les recettes fiscales sont en hausse de 10 milliards au titre notamment de la TVA et de l'impôt sur les bénéfices des sociétés. Les dépenses de personnels augmentent de 500 millions du fait de la multiplication des CVD.
Le vice-président en charge des finances, a présenté, jeudi 21 juin, le compte administratif 2017 du Pays aux membres de l’Assemblée de la Polynésie française pour approbation.

Les recettes réelles de fonctionnement de l’exercice 2017 s’établissent à 129,608 milliards cfp. En hausse constante depuis 2014, elles connaissent une forte progression en 2017.

L’amélioration du rendement des recettes est expliquée par une augmentation structurelle de 10,836 milliards cfp (soit +12,01 % par rapport à l’exécution 2016) du produit de la fiscalité : +4,125 milliards cfp au titre de la fiscalité indirecte et +6,711 milliards cfp au titre de la fiscalité directe, la TVA et l’impôt sur le bénéfice des sociétés étant les principaux moteurs de cette hausse.

Ces chiffres sont le reflet du dynamisme constaté de l’économie et du retour de la croissance.

Les dépenses de personnel de la collectivité atteignent 30,640 milliards cfp, contre 30,109 milliards cfp en 2016, soit, en légère hausse de 531 millions cfp par rapport au résultat de 2016, mais inférieures de 887 millions cfp aux prévisions du budget primitif.

Le principal motif de cette augmentation est l’accroissement du nombre de CVD (Corps des Volontaires au Développement).

Les autres dépenses de fonctionnement totalisent 74,911 milliards cfp, ce qui représente une baisse de 656 millions cfp par rapport à 2016. Ceci traduit les efforts de l’administration pour réduire le coût de son fonctionnement.

Les recettes réelles d'investissement (hors autofinancement) représentent 10,636 milliards cfp, en retrait de 28,66 % (-4,274 milliards cfp) par rapport à 2016. Cet écart résulte notamment d’une diminution de la participation de l’État de 2,423 milliards cfp dont 2,367 milliards cfp au titre du 3e Instrument Financier, et d’un moindre recours à l’emprunt (-1,157 milliard cfp par rapport à 2016).

Cette gestion dynamique des emprunts s’inscrit d’une part, dans le cadre d’une optimisation de la trésorerie du Pays et, d’autre part, dans la réduction de la charge de la dette.

Au 31 décembre 2017, le montant des crédits de paiement budgétés dédiés aux opérations réelles d'investissement du budget général de la Polynésie française s'élève à 50,372 milliards cfp, dont 31,145 milliards cfp de crédits de paiement nouveaux et 19,226 milliards cfp de crédits de paiement reportés.

Le montant des liquidations (23,747 milliards cfp) est en augmentation de 6,5 % par rapport à l’année 2016 (22,306 milliards cfp), soit une belle progression de 1,441 milliard cfp. Ces éléments traduisent l’effort de la collectivité pour la réalisation de projets d’investissement et par conséquent le dynamisme de la commande publique. C’est aussi un moyen de contribuer à la vitalité du secteur privé, en particulier du bâtiment.

L’épargne brute a quadruplé entre 2014 et 2017, pour atteindre 28,503 milliards cfp, grâce à un rythme de progression des recettes de fonctionnement largement supérieur à celui des dépenses de fonctionnement (respectivement +21,02% et +6 %).
Après couverture du remboursement du capital de la dette, l’épargne nette de l’exercice 2017 culmine à 19,093 milliards cfp, alors qu’elle était négative en 2014.

Cet indicateur reflète la solidité et la solvabilité financière de la collectivité, critère très apprécié par les bailleurs de fonds et les agences de notation.

L’amélioration de l’épargne nette a permis de maintenir un niveau soutenu des dépenses d’investissement (23,520 milliards cfp en 2017, sur une prévision budgétaire de 25 milliards cfp) et de limiter à nouveau le recours à l’emprunt, dans la poursuite de la politique de désendettement de la Polynésie française. Ainsi, au 31 décembre 2017, l’encours de la dette polynésienne s’établit à 85,638 milliards cfp contre 89,101 milliards cfp, il y a un an.

En conséquence, le résultat de l’exercice 2017 affiche un excédent de 6,208 milliards cfp.

La collectivité dispose aujourd’hui d’une situation financière assainie. Le gouvernement entend poursuivre sa politique de maîtrise des dépenses de fonctionnement de l’administration afin de concentrer ses actions budgétaires sur les interventions dans les domaines économiques et sociaux et, ainsi, améliorer encore la performance de ses politiques publiques.

Publicité