Coronavirus : 300 pilotes d'Air New Zealand perdent leur emploi

coronavirus
Air New Zealand
©Air New Zealand
Le syndicat New Zealand Airline Pilots Association (NZALPA) a annoncé le 7 mai que 300 pilotes sur les 1 200 que compte la compagnie Air New Zealand ont perdu leur emploi, suite à la crise du coronavirus. Les 900 autres voient leurs salaires réduits de 30%.
La capacité de la compagnie Air New Zealand a été réduite de 95%, dans ce contexte de pandémie du Covid-19, en raison des restrictions de voyages.
Jeudi 7 mai, le syndicat New Zealand Airline Pilots Association (NZALPA) a annoncé que 300 pilotes de la compagnie ont perdu leur emploi, "après des semaines de négociations", soit un quart des effectifs. Cela passe par des retraites anticipées, des départs volontaires et des licenciements. Les 900 autres pilotes de la compagnie voient leurs salaires baisser de 30% durant les neufs prochains mois. 
Le président du syndicat, Andrew Ridling, a déclaré que les pilotes ayant quitté la compagnie seront "les premiers à être rappelés lorsque le secteur se sera rétabli." Il a assuré qu'il s'agissait là du meilleur compromis en ces circonstances.

La compagnie a par ailleurs présenté son plan de redécollage, si l'assouplissement du confinement annoncé par le gouvernement néo-zélandais se confirme : les liaisons domestiques pourraient ainsi reprendre à 20% de la normale, en raison de la fermeture des frontières, de la crise économique et des Néo-zélandais qui contrôlent davantage leurs dépenses. En plus des lignes actuellement opérées pour des voyages "essentiels", onze routes seront proposées au départ d'Auckland, six au départ de Christchurch et sept de Wellington.

Une reprise partielle des vols qui se fera sans les tarifs les moins chers, comme l'a expliqué le CEO Greg Foran : "la distanciation sociale d’un mètre signifie que nous ne pouvons vendre qu’un peu moins de 50% des sièges sur un avion à turbopropulseur, et seulement 65% sur un A320. »