Covid-19 : le casse-tête des malentendants

coronavirus
Covid-19 : le casse-tête des malentendants
©Nicolas Suire
Le masque tient chaud, certains disent avoir du mal à respirer avec, mais plus grave encore, il rend la communication beaucoup plus ardue pour les malentendants. 
Dans le marché de Papeete, Stéphane Sayeb sillone les rayons, son appareil photo à la main. Il capture les moments de vie entre marchands et visiteurs. C'est sa passion. Stéphane est souvent présent le dimanche matin, à l'heure où il y a le plus de monde. Ce qu'il aime le plus capturer, se sont les sourires. 
Stéphane Sayeb, photographe

 

Ici au marché, le sourire est roi. C'est un endroit passionnant pour mon travail et j'aime le relationnel

Stéphane Sayeb


La particularité de Stéphane, c'est qu'il est malentendant. Il n'a néanmoins aucun mal à se faire comprendre ; à l'écouter, on aurait même du mal à croire qu'il n'entend pas comme tout le monde. Pour comprendre les autres non plus, il n'a aucun soucis, du moins en temps normal. Stéphane lit beaucoup sur les lèvres de ses interlocuteurs, mais depuis que le masque est devenu obligatoire dans certains endroits publics, son quotidien est devenu plus difficile. « À moins que l'on me sorte des onomatopées, c'est impossible pour moi de comprendre quelqu'un qui a un masque. J'interpète aussi beaucoup les expressions du visage. Lorsque je ne peux pas voir les visages c'est frustrant, explique-t-il ».
Stéphane Sayeb au Marché
©Nicolas Suire

Le masque, un frein pour l'apprentissage des enfants malentendants

 

Avec le masque l'enfant ne voit rien du tout. Il ne peut donc pas apprendre.

Katy Gautier

 
Katy Gautier

Pour pallier ce problème, il existe des solutions, notamment celle du masque en plastique transparent. Pour Stéphane cependant, ce n'est pas le meilleur choix pour l'environnement. Autre difficulté : si les adultes arrivent à communiquer malgré le masque, les orthophonistes et surtout les enfants malentendants, eux, n'ont pas le choix pour apprendre à converser. « Il y a des moments où on est contraints de retirer le masque, sinon l'enfant ne voit rien du tout, précise Katy Gautier. Il a besoin de voir comment je positionne ma langue et mes lèvres pour pouvoir reproduire ce que je fais ». 

La secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a annoncé cette semaine qu'en métropole, tous les enseignants de maternelle et ceux accueillant des élèves malentendants dans leurs classes seraient bientôt équipés de ces masques.
Covid-19 : le casse-tête des malentendants
Les Outre-mer en continu
Accéder au live