polynésie
info locale

Covid-19 : et nos voisins ?

coronavirus
Carte du pacifique
©Wikipedia
La grande peur de l’épidémie s’étend à l’ensemble du Pacifique Sud. Frontières fermées, rassemblements interdits... Le nombre de cas est encore limité mais inquiétant compte tenu des infrastructures sanitaires.
Les conséquences de la propagation du coronavirus sont redoutées par les petits états insulaires. Guam par exemple, sous tutelle américaine est déjà fortement touchée avec à ce jour 15 cas confirmés et un décès, celui d’une femme de 68 ans.

L’état a déjà sollicité le Président Donald Trump pour des mesures de relance d’une économie essentiellement basée sur le tourisme.

À Hawaï, un des 51 états des US, 48 cas sont annoncés dont 35 pour la seule ville de Honolulu.

Le royaume de Tonga a déclaré l’état d’urgence. Pour l’instant le décompte fait état d’un cas suspect mais non confirmé. Les rassemblements sont désormais interdits.

État d’urgence aussi aux Samoa, qui ne se relèvent pas d’avoir perdu 70 personnes lors de l’épidémie de rougeole en  2019. En majorité des enfants en bas âge. Un traumatisme qui a bouleversé toute la population.

Le chef de l’état Samoan a ordonné une période de jeûne et de prières. Les écoles sont fermées, ainsi que l’aéroport.

Les micros états de Niue et Tokelau ont demandé de l’aide à la Nouvelle Zélande pour se préparer à faire face à l’arrivée du Covid-19.

Deux pays qui, pour le moment, ne déclarent aucun cas tout comme le Vanuatu. Mais l’entrée est désormais interdite aux voyageurs étrangers .

En Papouasie Nouvelle Guinée, les autorités sanitaires sont très inquiètes compte tenu de la pauvreté du pays et de son sous-équipement chronique en infrastructures de santé. Des mesures de confinement drastiques ont été décidées par le gouvernement.

A Fidji, le premier ministre Franck Bainimarama a interdit tout déplacement à ses ministres et aux fonctionnaires. Le pays déclare 4 cas de Covid-19.Les frontières sont interdites aux étrangers.

Cap à l'Est : l’île de Pâques est semble t-il pour le moment épargnée.

Mais son pays de tutelle, le Chili, dénombre déjà 350 personnes infectées. En conséquence l’île aux Moai est verrouillée. La petite communauté ne compte que 7000 habitants pour 100.000 visiteurs annuels. La crise économique se profile déjà et sera de grande ampleur.

Les Îles Cook enfin, les plus proches de Polynésie française, ont interdit leur accès. Le pays ne déclare aucun cas suspect comme les autres micros états insulaires. Mais aucun d’entre eux ne dispose de test de détection du virus.

Partout dans le pacifique on s’attend donc à une épidémie de grande ampleur, qui va toucher des populations fragilisées par le diabète et dont les conséquences économiques promettent d’être désastreuses avec un arrêt total des activités touristiques.