polynésie
info locale

Covid-19 : la Nouvelle-Calédonie sur le point de suspendre ses vols

coronavirus nouméa
Air calin rapatrie des ressortissants
image d'illustration ©polynesie.la1ere
La mesure devrait s'appliquer en début de semaine prochaine. Pour l'heure, aucun cas avéré du nouveau coronavirus n'a été détecté en Nouvelle-Calédonie
"L'ensemble des vols à destination de la Nouvelle-Calédonie seront suspendus" à partir de la semaine prochaine, a annoncé mardi Thierry Santa, le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie à l'occasion d'une conférence de presse sur les mesures de protection contre le Covid-19.

Pour l'heure, aucun cas avéré du nouveau coronavirus n'a été détecté en Nouvelle-Calédonie, qui dispose d'une relative autonomie, et est notamment compétente en matière de santé.

La mesure devrait s'appliquer en début de semaine prochaine, le gouvernement souhaitant tout d'abord procéder à un inventaire des personnes en attente de départ et de retour, a précisé M. Santa.

Toutefois, "un lien minimum avec la métropole sera maintenu, en particulier pour des raisons sanitaires".

L'ensemble des passagers arrivant en Nouvelle-Calédonie et ne présentant aucun symptôme devront par ailleurs "s'auto-confiner" à leur lieu de résidence pendant quatorze jours, à compter de mardi soir.

Une amende de 750 euros sera appliquée en cas de non-respect de ce confinement. Des contrôles inopinés seront effectués par les forces de l'ordre.

Des mesures beaucoup plus contraignantes seront adoptées en cas d'introduction du virus dans l'archipel, a précisé le gouvernement.
Enfin, une réflexion a été engagée sur le volet économique avec pour "objectif qu'il n'y ait aucun impact pour les salariés". Un soutien sera demandé à l'Etat, les collectivités locales ayant relativement peu de marges de manoeuvre budgétaire dans un contexte de ralentissement économique.

Le Sénat coutumier a demandé "la fermeture du trafic aérien pour les entrées et les sorties des personnes à l'aéroport de la Tontouta". Une demande qui s'étend également au trafic maritime.

Le mouvement océanien indépendantiste (MOI) organise, mercredi, une manifestation devant les locaux du gouvernement afin de réclamer "la fermeture immédiate des frontières".