Cyclone Tino : moins de dégâts qu'attendus

océan pacifique wallis
cyclone Tino
Le cyclone tropical Tino s’est affaibli et l’alerte levée à Tonga et Wallis et Futuna dimanche 19 janvier. Le territoire français ne déplore que des arbres tombés, des chaussées inondées et des coupures, d’eau et d’électricité. 
L'alerte 1 est levée a Wallis et Futuna ce dimanche 19 janvier. Le cyclone tropical Tino s'est affaibli. Le territoire français ne déplore que des dégâts légers : des arbres tombés, des chaussées inondées et des coupures d'eau et d'électricité. Mais pas de dégâts importants, ni de blessés.

L'alerte a été également levée au Royaume de Tonga. Le Nord a été secoué, mais l'île principale épargnée. Tongatapu et la capitale Nuku’alofa qu’elle abrite, ont échappé au choc de plein fouet qui était envisagé. 


Tonga : des régions côtières impactées

Les groupes d’îles situées plus au Nord, Ha’apai et Va’avu, ont en revanche été matraquées par les pluies torrentielles et les vents destructeurs, avec des rafales estimées à 180 km/h. Leur littoral a souffert des énormes vagues. Selon Radio New Zealand, pas de victime à déplorer, mais des autorités de Ha’apai qui signalent de nombreux dégâts : plusieurs secteurs privés d’électricité, les récoltes détruites, des axes routiers majeurs à remettre en service.
 

Fidji paie le plus lourd tribut

C'est finalement Fidji qui aura été le plus durement touché, où deux personnes, un père et sa fille, étaient portés disparus. Les vols sont peu à peu reprogrammés.

Le cyclone a été déclassé en catégorie 2 et se dirige maintenant vers la Nouvelle-Zélande. Les régions les plus impactées devraient être East Cape, Gisborne et Hawke's Bay.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live