Epidémie Delta : la Polynésie au même niveau sanitaire que les Antilles

coronavirus
hôpital
©Polynésie la 1ère
Avec un taux d'incidence de 1 180, la Polynésie atteint désormais le même niveau d'alerte sanitaire que les Antilles. Cette deuxième vague Delta est officiellement déjà plus grave que la première d'octobre 2020.

Le taux d'incidence en Polynésie, c'est-à-dire le nombre de personnes positives à la Covid-19 pour 100 000 habitants, est aujourd'hui de 1 180, 5 fois plus que dans l'Hexagone. C'est désormais le même niveau sanitaire qu'aux Antilles (1 166 en Martinique et 1 108 en Guadeloupe), où un confinement a été remis en place et où des renforts sanitaires en provenance de métropole arrivent. 

Le dépistage sature

Aujourd'hui, le virus circule sur 23 îles de Polynésie et le dernier carré épidémiologique relève 9 nouveaux décès et 1 443 nouveaux cas au cours du week-end. "Mais le nombre de cas est probablement sous-estimé", explique-t-on du côté de la Direction de la Santé. Car, à raison de 1 000 analyses par jour réparties entre l'Institut Louis Malardé et l'hôpital du Taaone, la capacité de dépistage atteint sa limite. D'ailleurs, nombreuses sont les personnes à attendre de longues heures devant les centres. Ce lundi 9 août, certains centres étaient en rupture de tests avant leur fermeture.

Incertitude sur les renforts sanitaires

Le service réanimation de l’hôpital du Taaone dépasse désormais ses capacités normales avec 27 patients. Certains doivent donc être déplacés en réanimation dans d'autres services, au détriment d'autres patients. 159 personnes sont actuellement hospitalisées dont 145 sur Tahiti, 4 sur Moorea et 10 sur Raiatea. Les personnes hospitalisées ont en moyenne 54 ans. Il s’agit pour 54% d’hommes et 46% de femmes. 

Les vaccinés, proportionnellement moins représentés au sein de la population, sont aussi moins présents à l’hôpital. 11,7% des personnes hospitalisées ont un schéma vaccinal complet.

A ce jour, 21 personnes sont décédées de la vague Delta, âgées de 73 ans en moyenne et la majorité présentant des comorbidités.

A noter qu'il est difficile désormais d'avoir des chiffres précis, en raison d'une part de leur évolution rapide et, d'autre part, de la charge de travail du personnel médical.

Sur Radio 1, le directeur du centre de rééducation Te Tiare lance un appel pour trouver des infirmiers et aides-soignants, face "au tsunami" de patients post-réanimation.

Pour l'heure, il n'est pas certain que la Polynésie reçoive des renforts sanitaires de Santé Publique France, en raison de la crise aux Antilles. Le Pays espère des renforts de Nouvelle-Calédonie ou de Nouvelle-Zélande.

Cette deuxième vague Delta est désormais officiellement plus grave que l’épidémie d’octobre 2020.

Ce lundi soir, le Haut-commissaire, Dominique Sorain, sera l'invité des journaux télévisés.