Femmes enceintes : patientes à risque face au Covid-19

coronavirus
Femmes enceintes: patientes à risque face au Covid-19
©Polynésie la 1ère
Les femmes enceintes ne sont pas épargnées par le covid-19. La grossesse engendre un déficit immunitaire et les rend vulnérables face au SARS-CoV-2. C'est le constat du CHPF depuis l’arrivée de la vague Delta en Polynésie. Quels sont les risques et quelles recommandations pour s'en protéger ?

Pneumonie sévère, manque d’oxygène, trouble de la coagulation… tels sont les possibles conséquences du covid-19 lorsqu’une femme est enceinte.

Depuis le début de la vague Delta, le CHPF a constaté qu'un tiers des patientes qui arrivent dans le service maternité sont positives. Parmi elles, la moitié ne développe qu’une forme légère voire asymptomatique de la maladie. Mais l’autre moitié présente des formes de gravité différentes, dont 10 à 20% subit des complications très sévères.

C’est le cas de la fille d’Augustine. Elle a 17 ans et n’est pas vaccinée lorsqu’elle est evasanée de l’atoll de Mataiva vers l’hôpital du Taaone, car enceinte et dépistée positive.

Augustine vit très mal l’éloignement, elle-même devant rester isolée dix jours à domicile. Elle est très inquiète et lorsqu’enfin elle prend le bateau puis l’avion pour rejoindre sa fille à Tahiti, c’est le cauchemar. Elle apprend qu’au bout de dix jours d’isolement, l’état de sa fille ne s’est pas amélioré et qu’elle risque de mourir.

Ses poumons ont été atteints. L’infection est allée jusqu’aux poumons, donc l’équipe médicale a dû la faire descendre [au bloc NDLR]. Faire une césarienne pour pouvoir sortir le bébé, et éviter qu’il n’ait aussi des complications. Donc le bébé a été monté en néo-natologie et ma fille a été transférée en réanimation pour qu’elle puisse avoir les soins nécessaires et adéquats.

Augustine TUFARIUA

 

Aujourd’hui, la fille d’Augustine va beaucoup mieux et elle continue ses séances de kinésithérapie.  C'est l’une des deux patientes ayant contracté une forme très sévère de la maladie, au point d’avoir séjourné quatre semaines en réanimation.

On a fait trois services avant de nous retrouver au service maternité. Le bébé va très très bien. On sort tous d’un calvaire horrible.

Augustine TUFARIUA

 

C'est un heureux dénouement, car la grossesse engendre en général un déficit immunitaire, c'est à dire une insuffisance des mécanismes de défense naturelle de l’organisme. Mais cela reste surprenant pour Sylvie Calmajis, sage-femme en maternité.

Comme elles sont jeunes on pensait que la Covid n’aurait pas autant d’impact. Hors y en a quelques-unes qui sont vraiment impactées.

Sylvie Calmajis - Sage-femme en maternité au CHPF

 

Il est difficile de définir avec précision le profil des femmes enceintes pouvant développer des complications à cause du covid. Comme cette maman par exemple, Nagri Temauri venue de Moorea et non vaccinée. Testée négative à son départ de l’île sœur, elle apprend avec surprise lors de son accouchement qu’elle est positive au SARS-CoV-2. Pourtant elle est totalement asymptomatique.

J’ai eu peur pour mon bébé et moi. Parce que lorsque j’ai vu en maternité des mamans atteintes du Covid et quand elles toussent elles appellent les infirmières car elles ont mal. Moi ça me fait mal aussi parce que je suis positive mais je n’ai pas les symptômes. Je n’ai pas la toux ni la fièvre. J’ai eu de la chance. On a de la chance mon bébé et moi.

Nagri TEMAURI

 

Les risques du Covid lors de la grossesse

 

Attraper le Covid-19 pendant sa grossesse peut donc être dangereux pour la mère comme pour le fœtus. Comme le souligne le Dr Stéphane Sauget, chef du service maternité au CHPF, le Covid peut provoquer une pneumonie chez les mamans. La quantité d’oxygène dans le sang baisse et le cerveau fœtal est très sensible au manque d’oxygène. C’est cela la dangerosité du covid au niveau du fœtus.

On a dû "césariser" une dizaine de patientes de façon prématurée, à 6, 7 ou 8 mois. Pour des aggravations respiratoires en rapport avec le covid. Des pneumonies sévères, qui manquaient d’oxygène et il a fallu extraire les enfants pour améliorer leur état et puis pour sauver les enfants.

Dr Stéphane SAUGET – Chef du service maternité au CHPF

 

Selon le Dr Sauget, on déplore à ce jour trois morts fœtales, mais pour l’instant aucun lien scientifique n’a été établi entre ces décès et le covid car les investigations sont toujours en cours. Toujours selon le médecin, les patientes ne présentaient pas d’autres pathologies.

Les recommandations médicales

 

Le Dr Sauget précise que le covid ne donne pas de malformations fœtales, et le vaccin non plus. Le constat est clair :

Pour l’instant on a eu aucune complication sévère chez les femmes qui étaient vaccinées. Toutes les formes sévères qu’on a eu, c’était uniquement chez les patientes qui n’étaient pas vaccinées. Je les encourage vraiment à se faire vacciner.

Dr Stéphane SAUGET – Chef du service maternité au CHPF

La vaccination est possible quel que soit le stade de la grossesse, y compris lors du premier trimestre. Il faut cinq semaines pour avoir un schéma vaccinal complet qui permet alors d’être complétement protégé des formes graves du covid-19. Le Dr Sauget tire la sonnette d’alarme : « ne perdez pas de temps, faites vous vacciner le plus vite possible

Deuxième recommandation du médecin : faire suivre sa grossesse et ne surtout pas y renoncer par peur de contracter le virus.

Qu’elles n’aient pas peur de venir en consultation, d’aller voir leur sage-femme, d’aller voir leur médecin, pour le suivi de leur grossesse, par peur d’attraper le Covid au contact d’autres patients. Ici à l’hôpital et tous mes collègues en libéral se sont organisés de manière à sécuriser les filières. A ne pas mélanger les gens suspects, les gens malades avec les gens sains.

Dr Stéphane SAUGET – Chef du service maternité au CHPF

En résumé, les recommandations du Dr Stéphane Suget sont les suivantes :

1) Se faire vacciner le plus tôt possible.

2) Faire suivre sa grossesse et ne surtout pas y renoncer par peur de contracter le virus.