Fidji : levée du blocus de Suva et déclaration d’état de catastrophe naturelle pour lutter contre le Covid-19

océan pacifique
Frank Bainimarama fidji
L'amiral Ratu Josaia Voreqe Bainimarama, plus connu sous le nom de Frank Bainimarama, premier ministre fidjien.
Le Premier ministre fidjien, Frank Bainimarama, déclare l’état de catastrophe naturelle afin de pouvoir mobiliser toutes les ressources du pays pour affronter la crise sanitaire. En parallèle, l’isolement de la capitale, Suva, prend fin, mais la période de quarantaine passe de 14 à 28 jours.
L’isolement de Suva est levé après près de 15 jours de « lock down » (interdiction de quitter ou d’entrer dans la zone). Seul le quartier de Nabua restera bouclé, deux malades du coronavirus y ont été détectés, selon la Fidjian Broadcasting Corporation.180 000 habitants de la région de Suva ont été examinés par les équipes médicales et les « cliniques de la fièvre », lesquelles sont ces points de contrôle de la température installés dans la capitale. Ces vérifications ont permis de lever le bouclage.

Le Premier ministre, Frank Bainimarama, a lancé un avertissement aux citoyens : « La fin de l'isolement n'est pas un motif de célébration. Ce n'est pas une raison pour faire de grands rassemblements ni des beuveries. »
Les autres mesures restent en place : couvre-feu national, discothèques,  gymnases, cinémas et piscines restent fermés. Les rassemblements publics sont toujours interdits et la distance de 2 mètres doit être maintenue entre les personnes.

Face au virus, la réponse du gouvernement fidjien est centrée sur trois principaux foyers dans le pays : le village de Nabua dans la capitale Suva, un autre foyer dans le nord et celui de Nandi. Tous sont sous surveillance et la période de quarantaine pour les malades du Covid-19 a été prolongée de 14 jours à 28 jours.

Sur les 649 tests effectués dans le pays à ce jour, le nombre de cas confirmés est de 17 et tous ces cas positifs sont dans un état stable.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live