polynésie
info locale

Hawaï : la lave du Kilauea menace une usine électrique

océan pacifique
Une coulée de lave du volcan Kilauea, à Hawaï, le 18 mai 2018
©TERRAY SYLVESTER / REUTERS
La rencontre de la lave incandescente avec l'eau a produit des fumées acides, un phénomène appelé «laze» en anglais, mot formé à partir de «lava» (lave) et de «haze» (brouillard).
Les rivières de lave qui coulent depuis le volcan Kilauea à Hawaï s’approchent d’une usine électrique. S’il n’y a pas de risque immédiat, selon la défense civile, les autorités ont pris la précaution de protéger cette installation de 38 méga volts. D’autant que la lave qui s’échappe des fissures proches de l’Entreprise géothermique de Puna a déjà détruit l’ancienne installation géothermique, située non loin.
Le pire scénario serait l’émission de vapeurs de sulfure d’hydrogène, un gaz très toxique, selon l’agence de gestion des urgences. Pour l’instant les autorités signalent aux habitants des émissions « élevées de dioxyde de soufre et appellent les résidents à se préparer à évacuer en urgence en cas d’émanations de gaz toxiques ou d’inondation de lave ».

La défense civile hawaïenne a précisé sur son site Internet qu’une éruption explosive avait eu lieu à 3h45 locales mercredi matin au sommet du volcan Kilauea, qui s’est traduite par un panache de fumée atteignant 2 666 m. Ce n’est pas la première, jeudi une explosion avait provoqué un nuage culminant à 9 000 m d’altitude.
Dimanche, deux coulées de lave avaient atteint l’océan sur la côte sud-est de Puna sur la Grande île d’Hawaï. La rencontre de la lave incandescente avec l’eau produit des fumées acides, un phénomène appelé « laze ».
Depuis que le Kilauea s’est réveillé le 3 mai dernier, l’île d’Hawaï s’attend à une éruption majeure similaire à celle du milieu des années 1920. Heureusement les zones résidentielles les plus exposées ont été évacuées et la région où se trouve le volcan - dans le sud-est de l’île - n’est pas très peuplée.

Regardez ces images du volcan Kilauea

 

Publicité