Importation d'ice via le dark net : Torea écope de 3 ans de prison

justice
Trafic ice dark net
©France Télévisions
Informaticien, Torea a importé de l'ice via le dark net. Il a sombré dans le côté obscur car il voulait financer un projet professionnel. Les Douanes le surveillaient. En juillet dernier, il a été interpellé quand il est allé récupérer une enveloppe contenant 49 g d'ice. Au bout, 3 ans de prison.

T-shirt blanc sur une peau bronzée, les épaules carrées, bien coiffé avec du gel, l’homme garde la tête baissée constamment. Sauf lorsqu’il répond aux questions du juge. "D’une intelligence certaine", c’est ainsi que tous les magistrats qualifient Torea. 

C’est l’histoire d’un informaticien voulant lancer sa plateforme de streaming. Il a besoin de 600 000 cfp, sa belle-sœur les lui prête. Mais les frais de maintenance mensuels du site de 450 000 fcp, il ne les avaient pas prévus.

"C’est là que j’ai pensé à commander la drogue sur le dark net", dit-il. Où a-t-il appris les méthodes ? Dans la bible du dark net, "c’est comme un manuel d’utilisation", déclare Torea.

Cette face cachée du web, il s’y intéresse en octobre 2020. "C’était pour faire du trading comme ma famille en Calédonie". Réponse du juge : "faire du trading quand on a déjà des difficultés financières, c’est compliqué".

Le doute s’installe sur les motivations de Torea. Lors de son réquisitoire, la procureure se base sur l’appât du gain. L’avocate plaide le contraire. Torea a grandi sans père, il a commencé à fumer du cannabis à 12 ans.

"Pardon"

 

C’est un primo-délinquant en trafic d’ice. Il est inscrit au SEFI. L’avocate rappelle la réponse du prévenu au juge : "En sortant je vais chercher du travail, j’ai déjà des promesses d’embauches".

Les derniers mots pour sa défense, Torea les adresse à son compagne : "Pardon de t’avoir trahie. Pardon à ma belle-sœur et à mes proches. Pardon à la société".

La voix tremblante du prévenu émeut sa femme. 

Ecoutez-la :

Femme de Torea

 

Le jugement est rendu. 3 ans d’emprisonnement dont 1 an avec sursis. Obligation de soins et une amende de 9 800 000 cfp.

L’avocate maître Isabelle Nougaro se dit mitigée sur cette sentence :

Me Isabelle Nougaro

 

Ecoutez le reportage de Kaline Lienard :

Kaline Lienard