Le cordage a lâché : le remorquage de l'Aremiti 6 par le ferry tombe à l'eau

transports maritimes moorea
Remorquage raté Aremiti
Le cordage de 150 m de long n'a pas tenu. ©Mélissa, Tahiti Web Images
Le remorquage de l'Aremiti 6 par le ferry de la même compagnie s'est mal terminé. C'est un exercice obligatoire afin de tester le matériel en cas de situation de détresse. Mais le cordage n'a visiblement pas tenu. La vitesse serait également en cause.

Pas de chance. L'exercice de remorquage de l'Aremiti 6 par le ferry de la compagnie ne s’est pas déroulé pour le mieux. Toutefois les capitaines des deux navires sont satisfaits.

Ce matin, après son arrivée à Moorea, l'Aremiti 6 a simulé une panne de moteur. Il a alors appelé le ferry pour venir le remorquer.

Un exercice inspiré d'un incident qui a failli avoir lieu il y a deux ou trois mois, au même endroit avec l'Aremiti 5, au large de Moorea à un mille et demi.

De toute façon, la réglementation maritime impose ce genre d'exercice.

Le début s'est bien déroulé. Les deux navires étaient reliés par 150 mètres de cordage. Mais lorsque le ferry a tracté l'Aremiti 6, il a entamé rapidement un virage. Durant cette manœuvre, le cordage a été sectionné.

Le problème vient de l’aussiere d'amarrage de l'Aremiti 6. Selon les capitaines, elle n'était pas adaptée.

Matériel et vitesse pas adaptés

 

Autre problème : la vitesse trop importante. A 5 noeuds, tout allait bien, mais les capitaines ont poussé jusqu’à 8 noeuds et là, elle a cédé.

Pour eux, l'exercice a été instructif. Ils savent à présent que le cordage n'est pas adéquat pour le remorquage. Deux solutions se profilent : ou ils devront acquérir un cordage plus épais ou alors, il faudra aller moins vite. Mais il faudra peut-être les deux.

Car les conditions climatiques étaient clémentes aujourd’hui. La mer était d’huile. Alors que se passera--il lorsqu'il faudra intervenir lors de mauvais temps ?

En tout cas, l'exercice n’est pas reporté à plus tard cette année, il aura lieu à nouveau l'an prochain.

Saùl accessible par la piste, 4 engins de chantier sont arrivés dans la commune. Le convoi a traversé la forêt pendant 12 jours, de Bélizon à Saùl. La Ctg a financé l'expédition avec le projet de renforcer la piste pour désenclaver Saùl. ©Guyane la 1ère