Les nouvelles mesures barrière en France

coronavirus
Jean Castex
©FTV

Les déplacements sont autorisés partout à partir de mardi mais le couvre-feu à 20H00 ne sera levé que pour Noël. Cinémas, théâtres et musées restent fermés pendant trois semaines supplémentaires.

A l'occasion d'un point presse attendu, le Premier ministre Jean Castex a détaillé l'ensemble des  mesures applicables en France d'ici à la fin de l'année.

Déplacements autorisés mais couvre-feu, sauf pour Noël 

 

Malgré des "règles plus strictes" que prévu pour freiner l'épidémie de Covid-19, le chef du gouvernement autorise les déplacements dans toute la France à partir du 15 décembre. Ils étaient interdits jusqu'à présent pendant le confinement, les sorties étant limitées à 20 km et à trois heures de sortie. 

Un couvre-feu sera mis en place dès mercredi et débutera à 20H00, et non à 21H00 comme le précédent, avec attestation obligatoire pour tout déplacement. Il s'appliquera également lors du réveillon du 31 décembre, contrairement à ce qu'avait envisagé initialement le gouvernement. En revanche, ce ne sera pas le cas le soir du 24 décembre.

Les familles pourront donc se déplacer pour la soirée du réveillon de Noël. L'objectif de M. Castex étant de "permettre à chacune et chacun de profiter des fêtes de fin d’année" mais aussi de tout faire "pour réduire le risque de devoir vivre un 3e confinement dans les prochains mois".

Les Français pourront cependant réveillonner le 31 mais en invitant des personnes chez soi, du moment qu'ils arrivent et repartent en dehors des heures où s'applique le couvre-feu (de 20H à 6H) et qu'ils respectent la règle de six adultes maximum, a dit Jean Castex.

"Nous entrons dans une phase de couvre-feu sur le territoire national, sauf pour les territoires ultramarins", a précisé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Renforcement des contrôles

 

"J'ai demandé aux forces de l'ordre de renforcer davantage le dispositif de contrôles", a affirmé le ministre de l'Intérieur, ajoutant que "plus de 100.000 policiers et gendarmes seront mobilisés" pour contrôler l'application du couvre-feu le 31 décembre.

Pas d'assouplissement pour la culture

 

Face à une amélioration de la situation épidémique qui "marque le pas", le chef du gouvernement a choisi de repousser de trois semaines l’assouplissement de certaines mesures du confinement prévu initialement pour le 15 décembre, reconnaissant que l’objectif de passer sous la barre des 5.000 nouveaux cas par jour était impossible à atteindre. Pour cette raison, les musées, théâtres et cinémas resteront fermés trois semaines de plus. Cette mesure concerne aussi "l'accueil du public dans les enceintes sportives, dans les cirques, les parcs zoologiques ou encore les salles de jeux et les casinos", a-t-il souligné.

Cultes: pas d'assouplissement supplémentaire

 

Après un premier assouplissement le 3 décembre dernier, les jauges de fréquentation pour les lieux de culte "ne seront pas revues à la hausse" à partir du 15 décembre, malgré les fêtes de Noël. Depuis le 3 décembre, les cérémonies dans les lieux de culte peuvent rassembler plus de 30 personnes, mais de nouvelles règles ont été fixées: deux sièges doivent rester libres entre chaque personne ou entité familiale et une rangée sur deux doit rester inoccupée dans les églises, temples, mosquées et synagogues du pays. 

Dépistages massifs

 

Des dépistages de masse seront menés dans quatre métropoles avant et après Noël, une première en France pour améliorer la stratégie "tester-alerter-protéger" mais qui restera basée sur le volontariat, a annoncé Olivier Véran.

Les métropoles du Havre et de Charleville-Mézières seront concernées du 14 au 19 décembre, puis Roubaix et Saint-Etienne aux alentours du 11 janvier.

Pas d'isolement obligatoire

 

La piste d'un dispositif rendant l'isolement "obligatoire" pour les personnes testées positives au nouveau coronavirus ne fait "pas consensus", a affirmé jeudi le Premier ministre Jean Castex, indiquant que l'accent serait plutôt mis sur un "accompagnement renforcé".

Tests pas un "totem d'immunité"

 

"S'il vous plaît, n'utilisez pas le test comme une sorte de totem d'immunité, c'est risqué pour vous, c'est risqué pour vos proches et pour tous ceux qui auront réellement besoin de se faire tester, parce qu'ils sont malades symptomatiques ou cas contact avant la période de Noël", a prévenu le ministre de la Santé Olivier Véran.

Etudiants

 

Jean Castex a reconnu jeudi que certains étudiants sont actuellement "dans une situation psychologique très difficile", et maintenu l'objectif d'une reprise progressive des cours en présentiel dès début janvier pour un public ciblé.