Evasans aux Marquises : après l'hélicoptère, bientôt une navette maritime

santé marquises
Evasans Marquises
©Polynésie la 1ère
Le rapport sur les évasans inter-îles a été examiné aujourd'hui à l’Assemblée de Polynésie. Il fait suite au drame du petit Hoane en 2019 aux Marquises. Le bébé, évacué par bateau, était arrivé mort, faute de transport rapide. Après l'envoi de 2 hélicoptères, une navette maritime est aussi prévue

Parmi les 16 rapports inscrits à l’ordre du jour de la séance budgétaire de l'Assemblée, celui sur les évasans inter-îles. Il fait suite au décès en octobre 2019 de Hoane, un nourrisson de trois mois, après une évacuation en poti marara entre Ua Pou et Nuku Hiva.

Après ce drame, un collectif s'était créé pour réclamer un hélicoptère affecté aux évasans dans l'archipel. L'Assemblée de Polynésie avait ensuite diligenté une mission d'information sur les conditions des évacuations sanitaires inter-iles. Cette mission a été menée par les représentantes Sylvana Puhetini et Eliane Tevahitua.

Ce matin, Rataro Ohotoua, grand oncle du bébé, a dit sur notre antenne radio qu'"on ne peut plus penser le problème des évasans que dans le cadre médical. Il y a aussi le problème de l'éloignement, le bétonnage des routes, les moyens adéquats pour le transport".

Ecoutez Rataro Ohotoua au micro de Suliane Favennec :

Rataro

 

Anticipant sur d’éventuelles difficultés, le Pays a ainsi investi pour équiper l’archipel marquisien de deux hélicoptères, au cas où l'un des deux tombe en panne. "Depuis juillet 202 jusqu'en décembre, [il y a eu] environ 130 évacuations, et depuis le 1er janvier 2021, on a fait 47 évacuations", explique Loïc Daout, pilote à Air Tahiti Nui Hélicoptères.

Dire que tout est résolu pour les Marquisiens serait faux. L’insularité reste synonyme d’isolement quand l’urgence se produit.

Mais la situation va encore s’améliorer avec l’arrivée en 2022 d’une navette maritime plus sûre et mieux équipée pour faire le lien entre les îles.