Morgue du CHT : 20 à 25 morts par jour, la réalité du covid

hôpital
morgue
©Pol.1
Habituellement, la morgue du centre hospitalier du Taaone gère un à deux décès par jour. Aujourd'hui, ce sont de 20 à 25 morts qu'il faut traiter tous les jours, dans des conditions d'hygiène drastiques.

Tout a changé dans la morgue depuis que l’épidémie tue massivement. Organisation, solidarité, expérience : non, le service de thanatologie ne coule pas.

On a beaucoup de travail mais on n'est pas débordés.

Dr Etienne Beaumont - Chef du service thanatologie


En revanche, c’est la première fois que la morgue réceptionne autant de défunts, décédés du covid, en si peu de temps, témoigne le docteur Beaumont :

Depuis 1918, c’est la première fois que cela se produit.

 


Désormais, tous les morts du covid sont mis en housse et en cercueil directement dans leur chambre, puis transférés à la morgue où ils pourront faire l’objet d’une reconnaissance par un membre de la famille au travers d'un hublot spécialement fabriqué à cet effet.

Ils ne transitent pas par la salle des casiers mortuaires, réservés aux autres causes de décès.

Une fois le cercueil fermé, ils sont entreposés dans une chambre froide.
 

« De plus en plus pesant »


Ce système garantit la sécurité de tous mais très peu de temps est accordé aux familles endeuillées :

Une partie du service mortuaire consiste à accompagner un peu les familles et ici dans le contexte actuel, cela ne peut pas se faire.

Dr Etienne Beaumont - Chef du service thanatologie


Le nombre de décès devient « de plus en plus pesant » pour le personnel de la morgue, alors, ils ont pris l’habitude de chanter pour eux. « C’est notre façon à nous de les respecter et de suivre la tradition de la Polynésie ». Car pour les décès liés au covid, les familles ne peuvent pas organiser de cérémonie.
 

Forte contagiosité


Les cercueils sont commandés dans les différentes entreprises funéraires de Tahiti  suivant des normes très strictes : le bois doit être épais de 18 mm pour éviter toute fuite de fluide contaminant et "zingués" pour ceux qui sont rapatriés dans les îles. Car un mort du covid reste très contagieux 48h après sa mort. 

Aujourd’hui d’ailleurs les médecins s’inquiètent des conditions dans lesquelles les morts de la covid sont veillés lorsqu'ils décèdent à domicile, car le risque de contagion est alors très élevé.
 

Regardez ce reportage de Brigitte Olivier et Patrick Tsing Tsing :