polynésie
info locale

14 juillet : un couple de polynésiens va défiler à Paris

14 juillet Tahiti
14 juillet 2018
La Patrouille de France s'est emmêlée les pinceaux dans les couleurs du drapeau ©Francetv info
Mahearii Taputu, originaire de Rurutu, et Tetupaia Maraetaata, native de Papeete, vont participer au défilé militaire du 14 juillet, dans la capitale. Notre confrère d'Outre-mer la 1ère, Serge Massau, les a rencontrés pendant leurs répétitions. 
Le défilé du 14 juillet - qui marque l'anniversaire de la prise de la Bastille en 1789 - est une fête historique... mais aussi une tradition familiale. Le père de Tetupaia est gendarme, et il a déjà participé aux festivités, mais seulement en Polynésie. "C'est une joie de participer à ce grand événement, c'est un honneur" déclare la jeune femme. Son compagnon, Mahearii, est tout aussi impatient. "Chez nous en Polynésie, il y a le défilé, mais ce n'est pas la même chose. Là, c'est un événement grandiose".

Les deux Polynésiens s'entraînent depuis trois semaines sur la base militaire de Satory, en région parisienne. Un exercice pas aussi facile qu'on pourrait le penser. "On se lève chaque matin vers 4h, et on vient ici pour répéter [...] Cela consiste en l'alignement des rangées, des colonnes et l'alignement des bras. Faut que tout soit synchronisé. Il faut être résistant, bien se préparer à l'avance, bien prendre son petit déjeuner et prendre des forces" explique Mahearii. Et si le couple n'a pas trop le trac quant à la qualité de leur prestation, ce sont les conditions du défilé qui les préoccupent. "Ce sera plutôt l'attente et la chaleur. C'est ça le grand stress !" dévoile Tetupaia. 

Cerise sur la gâteau : en plus de défiler, le jeune homme a été sélectionné, avec neuf autres camarades, pour chanter la Marseillaise devant la tribune du Président de la République. 
Si vous êtes devant votre télé dimanche, pour reconnaître la troupe de Mahearii et Tetupaia, ils seront habillés avec une chemise blanche, des gants blancs, un képi et un pantalon bleu. 
 

Le reportage de Serge Massau, depuis la base militaire de Satory, en région parisienne

Publicité