1ère session extraordinaire de l'assemblée - Taxe aérienne, nucléaire et crise sanitaire au centre des débats

assemblée de polynésie française papeete
Assemblée polynésie
©Polynésie la 1ère
La première session extraordinaire de l'assemblée de la Polynésie française s'est déroulée jeudi 22 juillet. Les élus se sont penchés sur les problématiques de l'électricité, du nucléaire ou encore de la nouvelle taxe de solidarité effective depuis le 1er juillet dernier.

Les travaux à l’assemblée ont repris jeudi 22 juilllet dans la matinée.  Plusieurs dossiers étaient à l’ordre du jour. À deux jours de l’arrivée du président de la République, Emmanuel Macron, les attentes des représentants à Taraho’i étaient diverses. Le sujet de la reconnaissance des maladies suite aux essais nucléaires est certainement le sujet le plus important. C'est ce qu'explique Tepuaraurii Teriitahi du Tapura Huiraatira. 

Tepuaraurii Teriitahi

Alors que la métropole connait une quatrième vague de covid, il a aussi été question de la gestion de la crise sanitaire et économique en Polynésie. Nicole Sanquer, députée, a plusieurs interrogations à adresser au représentant de l’Etat. 

Nicole Sanquer

Les actions pour la protection du corail et la préservation de l’environnement sont également très attendues. Anthony Geros, du Tavini Huiraatira attend du président une implication conséquente dans le domaine de l’économie bleue.

Anthony Geros

Enfin, lors de cette première session extraordinaire, il a aussi été question de la taxe aérienne appliquée depuis le 1er juillet sur le prix des billets d'avion. Elle s’élève à 1800 cfp. Le PDG de la société Air Tahiti, Manate Vivish, a alerté le Pays quant au déficit de certaines destinations mettant en péril la société. Aujourd’hui à l’assemblée, les représentants on tout de même choisi de plafonner cette taxe de solidarité et également de retirer la TVA. Pour qu'une taxe n'en taxe pas une autre.