Air Tahiti : le conflit va coûter financièrement cher aux grévistes

Depuis une quinzaine de jours, des employés d'Air Tahiti ont stoppé le travail. En principe, leurs salaires seront amputés au prorata de leur participation au conflit. Du coup, cette fin de mois s'annonce difficile financièrement.

Malgré tout, toutes et tous gardent le moral. © Polynésie 1ère/C. Plichart
© Polynésie 1ère/C. Plichart Malgré tout, toutes et tous gardent le moral.
  • E.Tang/C.Plichart
  • Publié le , mis à jour le
C’est le SAPAI, le syndicat des îles, qui enclenche le mouvement le jeudi 12 mai. Mardi 17 mai, les PNC le rejoignent. Mercredi 18, les PNT (pilotes) et l’intersyndicale réunissant le personnel au sol ferment la marche, Air Tahiti traverse une véritable crise sociale.

Sur le piquet de grève à l’aéroport de Faa’a, les grévistes s’organisent. Sur leur table, des gâteaux et des bananes, malgré les conséquences néfastes pour le tourisme et les évacuations sanitaires, ils sont soutenus.

Pendant que les PNC négocient, ils attendent et répondent aux médias. Comme Karine Haring, agent commercial vente à distance. Avant le crash d’Air Moorea, elle travaillait sur l’île sœur. Elle a rejoint Tahiti il y a 14 ans. Les allers et retours vers Moorea et ses trois enfants ne l’empêchent pas de participer au mouvement, bien au contraire. Elle espère que la grève n’aura pas trop de conséquences sur son salaire. Néanmoins, elle est réaliste :


Aller jusqu'au bout


Roger Chung Tien, originaire de Tubuai, travaille en tant que manutentionnaire depuis douze ans. 19 heures par semaine. Si le plan social se concrétise, son temps de travail sera amputé de 7 heures. Mais il ne se plaint pas, il compte aller jusqu’au bout, il sait qu’il pourra compter sur la solidarité de ses amis et de sa famille. Aux Australes, "on partage" dit-il. Le mouvement est particulièrement bien suivi dans l’archipel.

A Papeete et à Faaa, les deux agences de Tahiti ont fermé leurs portes. Les passagers attendent. D’autres négociations sont prévues avec les PNT. Le SAPAI se dit proche d’un accord…Tous espèrent une issue au conflit avant le week-end.

Roger Chung Tien et Michel Toomaru, tous deux du Sapai. © Polynésie 1ère/C. Plichart
© Polynésie 1ère/C. Plichart Roger Chung Tien et Michel Toomaru, tous deux du Sapai.

Le piquet de grève toujours en place devant le hall des vols domestiques. © Polynésie 1ère/C. Plichart
© Polynésie 1ère/C. Plichart Le piquet de grève toujours en place devant le hall des vols domestiques.


Air Tahiti, le conflit va couter financièrement cher aux grévistes

 

Enregistrement du vol Hawaiian Airlines avancé

L’équipe d’Hawaiian Airlines à Papeete communique à l'attention de ses passagers du samedi soir 28 mai :

« En raison du mouvement de grève de l’assistant aéroportuaire Escale Internationale d’AIR TAHITI, l’enregistrement du vol Hawaiian Airlines 482 du samedi 28 mai sera avancé d’une heure et débutera à 19h00. Nous demandons à nos clients, passagers du vol, de bien vouloir se présenter suffisamment tôt aux comptoirs afin de faciliter le travail de nos agents d’enregistrement ;
Nous vous rappelons que les comptoirs ferment 1 heure avant le départ du vol soit à 22h30. Le vol est prévu à l’heure."

Sur le même thème