Allégement des restrictions sanitaires, l'impatience des professionnels

coronavirus tahiti
covid nouvel allègement
©polynésie.la1ère

L'arrêté qui officialise la fin de l'état d'urgence a été pris hier soir en Polynésie et publié ce matin par le Haut-commissaire. Les allégements des restrictions sanitaires se concrétisent dès aujourd'hui, mais beaucoup regrettent des mesures encore trop restrictives et désormais injustifiées. 

Un couvre-feu injustifié

L’arrêté du haut-commissariat est encore chaud, maître Thibauld Millet, l’avocat qui avait fait tomber le couvre-feu en Mai dernier le décortique. Imposé jusqu’à 22 heures encore une semaine, le couvre-feu va être repoussé d’une heure comme prévu. Maitre Millet continue de dénoncer des annonces faites dans l’urgence avant, les lois, il affirme aussi que le couvre-feu n’a plus de raison d’être : « Clairement, en Polynésie française, avec aujourd’hui entre 9 et 11 cas pour 100000 habitants nous sommes dans une situation qui ne justifie plus des mesures aussi graves d’atteintes aux libertés »

les restaurateurs fiu d'attendre le retour à la normale

Les restaurateurs ne se réjouissent pas non plus de la nouvelle, car s’ils gagnent une heure d’ouverture, les contraintes restent les mêmes : 6 personnes par table, distanciation entre les tables et masque obligatoire pour chaque déplacement. Ils continuent de réclamer la suppression totale du couvre-feu.

Je trouve ça ridicule, soit on le laisse à 22h mais le passer à 23 h ça sert à quoi ? On n’est plus en état d’urgence… enlevez le carrément ca arrêtera de nous embêter et d’embêter la population   

Stéphane Rault, responsable restauration

 

Tout le monde n'est pas à la même enseigne 

Tamatea Shayne, lui, peut remettre sa pirogue de loisir à l’eau, 9 mois qu’il attendait ça. Mais il craint de devoir reprendre son activité à perte, le nouveau décret ne lui permet pas d’embarquer plus de 20 passagers, soit la moitié de la capacité de sa pirogue quand les charges restent les mêmes. D’après lui tout le secteur ne serait pas logé à la même enseigne : "On est les seuls a être bloqué, à Moorea tout le monde va sur les motu, y’a 400 personnes tout le monde se déplace, sur les catamarans pareil… "  

Les rassemblements vont aussi pouvoir être de nouveau organisés dans les communes des îles du vent, avec un maximum de 800 personnes dans les salles des fêtes. Pour les évènements sportifs, comme les matches de football, même chose, les spectateurs pourront être 1000 au maximum dans les gradins. Ce sera 50% de la capacité pour tous les stades et à la fin du mois donc, le couvre-feu et ses contrôles ne devraient plus être qu’un lointain souvenir dans les rues de Papeete.