polynésie
info locale

Arrestation de Ben Benacek: le récit des mutoi d'Arue

sécurité arue
outrage et violences volontaires contre un mutoi
©Hiboox
La commune d'Arue salue le travail et "sang-froid" de ses agents de police judiciaire adjoints (APJA) dans l'arrestation du multi-récidiviste Ben Benacek, lundi dernier.
L'information a été relatée par nos confrères de Tahiti-infos. Le multi-récidiviste Ben Benacek a été arrêté lundi dernier, mais à Arue, et non à Pirae comme cela avait été initialement rapporté, explique la mairie d'Arue dans un communiqué. La municipalité en profite pour saluer le "travail" et le "sang froid" de ses agents de police judiciaire adjoints dans cette affaire.

"Deux de nos mutoi sont intervenus en début d'après-midi dans une servitude d'Arue à l'appel d'une dame paniquée de trouver un homme torse et pieds nus dans sa maison en train de boire une bouteille de champagne après avoir consommé trois bières", explique la commune.

Et voici la suite, telle que relatée par la commune d'Arue: "Invité à quitter les lieux et à suivre les mutoi pour le poste de gendarmerie que nos mutoi venaient d'informer, Ben Benacek leur a répondu :

"J'ai vécu ma vie avec les menottes. Pas aujourd'hui. Je vais vous détruire".

Ben Benacek


"Se relevant, se mettant en garde et commençant à donner des coups, il a été maîtrisé puis menotté par nos deux APJA pour être ensuite remis aux gendarmes qui arrivaient."

"Ce n'est pas la première fois que nos mutoi se voient totalement oubliés dans une intervention relatée ensuite dans les médias", regrette la commune d'Arue. "Il en était notamment ainsi dans la course-poursuite Mahina - Papeete auquel s'était joint un de nos agents de police judiciaire adjoints. Soutenu par le vigile des Trois Brasseurs, il avait procédé à l'interpellation du conducteur qui tentait de se sauver à pied en traversant le bar de Papeete", relate la municipalité.

Ben Benacek s'était illustré par un braquage à main armée, le premier du genre en Polynésie, en 2000 dans une banque de Papara. Il avait purgé une partie de sa peine à Rennes, et avait été libéré l'an dernier.


 
Publicité