publicité

Ça grince des dents du côté de Motu Uta

Les marins pêcheurs ne sont pas satisfaits de leur salaire minimum. 95 000 CFP, un montant selon eux insuffisant. 

© Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère
  • Par Mario Leroi
  • Publié le , mis à jour le
Il y a quelques mois, A tia i mua avait déposé un recours devant le tribunal administratif pour contester l’ancien montant fixé par arrêté par l’équipe gouvernementale précédente à 90 000 francs, une somme que le syndicat estimait bien loin de celle du SMIC pour les autres professions, qui culmine à près de 150 000 francs.

Du côté du syndicat des pêcheurs professionnel de Polynésie Française on estimait déjà que l’idée même d’un salaire minimum dans cette profession était une aberration, alors 95 000 francs c’est bien assez.

Écoutez le reportage d'Abinera TEMATAHOTOA :

Salaires Pêcheurs

© Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère

 

Sur le même thème

  • social

    Le syndicat renonce à la grève à l'Intercontinental Tahiti

    O oe to oe rima avait déposé un préavis de grève à l'hôtel Intercontinental de Tahiti. Faute d'accord, la grève devait être effective ce jeudi 5 septembre. Mais, le syndicat y a finalement renoncé, malgré l'absence d'accord formel.

  • social

    Menace de grève dans le bâtiment

    Menace de grève dans le bâtiment, après le dépôt d'un préavis qui concerne d'une part la direction de l'Equipement et d'autre part, six entreprises privées locales. Si aucun accord n'est trouvé d'ici le 21 août, la grève sera effective dans les subdivisions de l'Equipement et sur certains chantiers.

  • social

    Les logements sociaux au quotidien

    Dans certains quartiers, les habitants de logements sociaux aspirent à devenir propriétaire depuis près de 40 ans.
     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play