Chikungunya : 3 zones de pulvérisation concernées

santé tahiti
chiku
©D.R.
Un premier cas de Chikungunya est officiellement déclaré en Polynésie. Il s'agit d'une habitante d'Arue âgée de 60 ans qui revient de Guadeloupe. Une campagne de prévention de démoustication est lancée. Découvrez les 3 zones concernées par des pulvérisations dès le vendredi 30 mai.
"Nous avons été informés hier d'un cas fortement suspect qui a été confirmé au laboratoire par l'Institut Louis Malardé", confirme le Docteur Henri Pierre MALLET, épidémiologiste à la Direction de la Santé, et responsable du bureau de veille sanitaire. "Elle présente des symptômes légers, ce n'est pas inquiétant, le problème n'est pas la malade, c'est l'introduction du virus sur le territoire avec le risque de diffusion et l'émergence d'une nouvelle épidémie. Il y avait eu par le passé des alertes en 2011 et 2013 liées à l'émergence de ce virus en Nouvelle Calédonie, mais sans importation. Là, toute la zone Caraïbes est infectée et cela multiplie les risques.

En matière de transmission, c'est exactement le même processus que la dengue. Nous avons la "chance" d'avoir été prévenus très tôt ce qui permet d'éliminer tous les moustiques qui auraient pu la piquer. D'où des traitements très précis de dégîtage sur les lieux où elle habite, on a commencé la procédure. Il faut frapper vite fort et précis, c'est maintenant ou jamais". Les zones de traitement seront communiqués dans les prochaines heures à la presse.

MISE A JOUR - MER 28 MAI - 18h30





Les autorités sanitaires ont décidé de mettre en œuvre une campagne de pulvérisation ciblée à Pirae, Arue et Mahina, les vendredi 30 mai, lundi 3 et vendredi 6 juin. Découvrez ci-dessous les zones concernées :

Chicun Pirae
©Présidence de la Polynésie française

 

Chicun Pirae Arue
©Présidence de la Polynésie française


 

chicun Mahina
©Présidence de la Polynésie française

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live