Citerne d’Erima, l’avocat général réclame l’inégibilité à vie contre Gaston Flosse

justice tahiti
Citerne d'Erima, inéligibilité à vie contre gaston Flosse
©polynésie.la1ère
Citerne d’eau d’Erima - Gaston Flosse, Edouard Fritch, Hilda et Olga Handerson comparaissaient pour détournement de biens d’un dépôt public et recel de biens provenant d’un délit. L’avocat général a réclamé l’inégibilité à vie contre Gaston Flosse
 
L’avocat de Gaston Flosse avait demandé le renvoi de l’affaire en Octobre dernier pour cause de contamination à la covid-19 de son client.  

Au terme d’une journée d’audience l’avocat général a requis une peine très symbolique d’inéligibilité à vie contre Gaston Flosse ! Mais également  2 ans de prison avec sursis, 10 millions de francs d’amende et le remboursement de 35 millions de francs correspondants aux sommes détournées ainsi que 3 ans de privation des droits civiques, civils et de famille.

Dans cette affaire l’ancien président comparaissait aux cotes de l’actuel. Les réquisitions contre Edouard Fritch en revanche ont été allégées. L’avocat général demande une peine d’1.5 millions de francs au lieu de 5 millions en première instance. Les faits ont été requalifiés pour lui de recel à simple négligence. Aucune peine d’inéligibilité n’a été requise contre Edouard Fritch

L’avocat général a demandé la confirmation des peines pour les soeurs Handerson, 10 millions de francs d’amende pour Hilda et 5 millions pour Olga.

Les 3 avocats de la défense ont tenté de faire jouer la prescription de l’affaire. Ils ont mis en avant une règle de droit qui dit que, lorsqu’aucune action en justice n’a été intentée avant une certaine période, elle n’est plus valable. Me Quinquis a indiqué que les faits avaient démarrés il y a plus de 35 ans, en 1989, alors qu’il aurait fallu agir avant 12 ans. Cette question n’a pas été retenue par le tribunal.

Dans cette affaire la justice reprochait Gaston Flosse et Edouard Fritch d’avoir bénéficié depuis 1989 d’une alimentation gratuite en eau grâce à une station de pompage bâtie sur la rivière Nahoata au frais de la commune de Pirae.

La decision devrait être rendue d’ici quelques semaines