Coronavirus : les 15 propositions des partenaires sociaux pour soutenir l'économie

coronavirus tahiti
partenaires sociaux
Les partenaires sociaux demandent des mesures d'urgence pour sauver l'économie ©p1ère
Pour les partenaires sociaux, il n'y a plus une seconde à perdre pour éviter des licenciements et des fermetures d'établissements en Polynésie. Ils proposent 15 mesures d'urgence, parmi lesquelles la mise en place d'un revenu minimum de solidarité pour les personnes empêchées de travailler. 
Réunis mercredi matin, les partenaires sociaux ont fait 15 propositions au gouvernement pour la gestion de la crise du Covid19 en Polynésie française. Parmi celles-ci, la mise en place d'un revenu minimum de solidarité de 120 000F pour les salariés à temps plein et les "entrepreneurs individuels en activité, mais empêchés de travailler", la mise en place d'un différé de paiement des crédits aux entreprises de 3 à 6 mois, et l'exonération totale des charges sociales et fiscales de toutes les entreprises pendant 3 mois. 

"On voit arriver les fermetures d'établissements pratiquement par dizaines, (...) on est maintenant dans l'urgence"  explique Christophe Plée, président de la CPME. Il estime que des licenciements sont en train de se préparer dans beaucoup d'entreprises, essentiellement les hôtels, les prestataires et les commerçants. 

Syndicats d'employeurs et de salariés sollicitent "officiellement" la solidarité nationale et appellent le gouvernement de la Polynésie française à se joindre à cette demande. "La solidarité nationale viendra nous épauler" a déclaré en fin de matinée le Haut-commissaire de la République Dominique Sorain depuis la Présidence.
 
CPME Covid-19
Les Outre-mer en continu
Accéder au live