Coronavirus : la colère de Hina contre l'irresponsabilité de certains

coronavirus tahiti
retour résidents confinement
©HC
Hina est rentrée de Nouvelle-Zélande vendredi 20 mars à 1h du matin. Atteinte d'un cancer, elle a tenu ses distances de sécurité mais ces dispositions n'étaient pas respectées des autres. En colère, la jeune femme ne comprend pas l'irresponsabilité de certains face à l'épidémie. 
Vendredi dans la nuit, Hina est rentrée de Nouvelle-Zélande comme une cinquantaine d'autres résidents polynésiens . Arrivé sur le tarmac de l'aéroport de Tahiti-Faa'a, le personnel de l'avion a dans un premier temps fait attendre les passagers dans l'appareil. Il fallait attendre que les passagers d'un vol en provenance de Tokyo descendent d'abord.

Pourtant, au bout de 5 minutes seulement, le personnel navigant a demandé aux passagers venant de Nouvelle-Zélande de débarquer. Dehors, sur le tarmac, il y avait donc foule. Tous les passagers étaient à la file pour être contrôlés par un médecin et deux infirmiers.

"On était tous entassés comme du bétail. J'ai vraiment regretté que les autres passagers n'aient pas respecté les distances de sécurité. Moi, en tant que personne fragile puisque je suis atteinte d'un cancer et ai un système immunitaire faible, je demandais aux gens autour de moi de ne pas m'approcher et eux ça les faisait rire", dénonce en colère, Hina. 
 

Témoignage



La jeune femme est confinée chez elle depuis son retour. Elle a été contrôlée par un médecin et deux infirmiers à l'aéroport avant son retour au domicile. Le médecin était là pour récupérer la fiche sanitaire et avoir des explications sur son voyage.

Les infirmières lui ont ensuite mis un bracelet afin de l'identifier et lui ont expliqué le fonctionnement de la quatorzaine : interdiction de sortir et même d'aller faire ses courses. Elle a signé une attestation en ce sens.

Par ailleurs, les personnels de la santé lui ont notifié qu'un employé de la veille sanitaire l'appellerait pour vérifier si elle était bien chez elle. "Pour l'instant, je n'ai pas reçu de coup de téléphone", confie la jeune femme. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live