publicité

Décrochage scolaire: le "contrat de Service Civique" comme porte de sortie

20 jeunes "décrocheurs" bénéficient d’un contrat d’engagement du Service civique depuis le 27 avril. Ces jeunes perçoivent une indemnité mensuelle de 50 000 FCP versée par l’Etat pour exercer leurs missions éducatives au sein des établissements dans lesquels ils sont affectés.

La ministre de l’Education, Nicole Sanquer-Fareata, a réuni, jeudi, 20 jeunes décrocheurs qui bénéficient d’un contrat d’engagement du Service civique, ainsi que les chefs d’établissement, les inspecteurs de l’éducation nationale et les directeurs d’école qui les accueillent, afin de faire le point sur ce dispositif. © Présidence
© Présidence La ministre de l’Education, Nicole Sanquer-Fareata, a réuni, jeudi, 20 jeunes décrocheurs qui bénéficient d’un contrat d’engagement du Service civique, ainsi que les chefs d’établissement, les inspecteurs de l’éducation nationale et les directeurs d’école qui les accueillent, afin de faire le point sur ce dispositif.
  • Pierre Emmanuel GAROT avec communiqué
  • Publié le , mis à jour le
L’article L. 313-7 du Code de l’éducation dispose que les élèves "décrocheurs" sont des « anciens élèves ou apprentis qui ne sont plus inscrits dans un cycle de formation et qui n’ont pas atteint un niveau de qualification fixé par voie réglementaire ». Autrement dit, des élèves qui ont quitté le système éducatif sans au moins un diplôme de niveau V, tel que le certificat de formation professionnelle (CAP).
 
Décrochage scolaire : le contrat de service civique comme porte de sortie
Décrochage scolaire : le contrat de service civique comme porte de sortie - Mario Leroi / Gilles Hucault

A l’instar du système éducatif national, la Polynésie française est touchée par le phénomène de décrochage scolaire d’élèves ayant atteint ou dépassé l’âge de scolarisation obligatoire, à savoir 16 ans, et qui quittent le système scolaire sans qualification.
En 2013, 1 297 élèves ont décroché sur les 19 116 scolarisés dans leurs filières, 1 178 élèves ont décroché en 2012, et 1 482 en 2011. Pourtant, la charte de l’éducation, votée à l’unanimité des représentants de l’Assemblée de Polynésie française, assigne comme objectif de permettre à tous les élèves d’atteindre au moins une certification de niveau 5 (type CAP).
 
Ces jeunes, âgés de 16 à 25 ans, sont reçus par les conseillers d’orientation psychologues du centre d’information et d’orientation (CIO) de Pirae. En fonction de leur profil, le CIO leur propose plusieurs modules : le module de remise à niveau scolaire (RAN) à la direction générale de l’éducation et des enseignements, le module d’accueil et d’accompagnement (MAA) au collège de Taunoa, ou le module de re-préparation aux examens (MOREA) au lycée Aoraï.
 
Le ministère de l’éducation nationale a construit un partenariat avec le ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports et l’Agence du Service Civique afin de proposer, à des jeunes ayant décroché du système scolaire, des solutions spécifiques permettant d’allier projet de formation et mission d’intérêt général.
 
Ce partenariat permet à la fois un engagement de Service Civique et un suivi personnalisé du jeune ayant quitté le système éducatif sans qualification. Le jeune est en mission de Service Civique trois jours par semaine et réalise des missions identiques et dans les mêmes conditions que celles d’un volontaire engagé à temps plein. Les deux autres jours, le jeune bénéficie d’un parcours personnalisé dans un établissement scolaire.
 
Chaque jeune dispose d’un tuteur désigné qui l’accompagne dans son parcours pendant toute la durée du Service Civique. Des solutions lui sont proposées : reprendre sa scolarité, obtenir une qualification professionnelle en lycée professionnel, en contrat d’apprentissage ou en contrat de professionnalisation, ou rechercher un emploi.
 
Ce dispositif est applicable en Polynésie française, celle-ci ayant obtenu un agrément au titre de l’engagement de Service civique le 29 janvier 2015.
Depuis le 27 avril dernier, 20 jeunes décrocheurs ont été engagés en contrat du Service civique : 13 en alternance avec reprise d’études pour obtenir une qualification ou un diplôme, 7 à temps plein sur des missions éducatives. Ces jeunes perçoivent une indemnité mensuelle de 50 000 Fcfp versée par l’Etat pour exercer leurs missions éducatives au sein des établissements dans lesquels ils sont affectés. Le Pays prend en charge leur inscription au Régime des non salariés (RNS), et leur assurance complémentaire. Les établissements d’accueil leur ouvrent l’accès à la restauration, ainsi qu’au centre de documentation et d’information (CDI). D’autre part, ces jeunes bénéficieront d’une formation à l’attestation « Prévention et Secours Civiques de niveau 1 » (PSC1) le 19 mai prochain, ainsi que d’une journée de formation civique et citoyenne le 29 mai prochain.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play