publicité

15 détenus de Papeari salariés d'EDT

Quinze détenus de Papeari vont être employés par EDT-Engie pour assembler des compteurs électriques, depuis le centre de détention. Un partenariat a été signé en ce sens, jeudi 10 août. Au total, 87 prisonniers travaillent durant leur détention.

15 détenus vont travailler pour EDT, à assembler des compteurs électriques. © C. PLICHART/POL1ère
© C. PLICHART/POL1ère 15 détenus vont travailler pour EDT, à assembler des compteurs électriques.
  • L. G, C. P
  • Publié le
Un atelier de 600m² trône dans la prison de Papeari. Désormais, 15 détenus y travailleront pour EDT-Engie. Payés 70% du SMIG, soit environ 105.000 Fcp, ils assembleront des compteurs électriques. "L'accès à un emploi pour une personne condamnée [...] permet la structuration de son temps, son autonomie financière et un accroissement de son potentiel de réinsertion", explique EDT-Engie. 

Trois employés d'EDT-Engie seront mis à disposition dans le centre de détention, afin d'assurer la formation, le contrôle et la gestion courante de l'atelier.

Sur 195 détenus pour le moment au centre Tatutu de Papeari, 87 exercent une activité professionnelle au service général de la prison (restauration, nettoyage des locaux, lingerie, etc.), au fa'apu et désormais pour EDT.

Les détenus doivent être rémunérés au minimum 50% du SMIG, soit environ 75.000 Fcp.

A terme, la prison de Papeari accueillera 250 détenus et EDT-Engie a déjà d'autres projets, comme la réalisation de supports en béton pour les compteurs ou encore l'élagage dans les vallées hydroélectriques de Teva i Uta et Faatautia.
15 détenus de Papeari salariés d’EDT
15 détenus de Papeari salariés d’EDT

 

Sur le même thème

  • prison

    Bientôt un transfert des détenus marquisiens à Nuku Hiva ?

    C'est un souhait du directeur du plus petit centre pénitencier de France, situé à Nuku Hiva, aux Marquises. Ramener les détenus marquisiens de Tahiti, près de leurs familles. Il en a fait part à la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet, lors de sa visite.

  • prison

    Il y a la prison "modèle" et puis il y a Nuutania

    Samedi 20 juillet 2019, la Ministre de la justice a visité Tatutu et Nuutania. L'occasion pour Nicole Belloubet de se rendre compte du grand écart qui sépare le Centre de détention de Papeari à celui du Centre pénitentiaire de Faa'a.

  • prison

    Prison de Nuutania : un peu moins pire qu'avant

    Alors que la ministre de la justice, Nicole Belloubet, s'apprête à visiter tous les centres de détention de Polynésie, où en est la prison de Nuutania ? Censée être désengorgée depuis l'ouverture de Tatutu, elle garde malgré tout un taux d'occupation de 152% et un état vétuste.
     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play