DJ Fred jugé en appel : 7 ans ferme requis

justice tahiti
dj fred
DJ Fred, alias Wilfrid Atapo, entouré de ses avocats pendant son procès. ©PATITA SAVEA/POLYNESIE LA 1ère
Le parquet a requis 7 ans de prison, jeudi 7 mai, à l’encontre de Wilfred Atapo, alias DJ Fred, jugé en appel pour corruption de mineurs et enregistrement d’images à caractère pornographique. Le prévenu avait été condamné à la même peine en première instance en novembre 2019.
Wilfred Atapo, plus connu sous le pseudo DJ Fred, estime que la peine de 7 ans de prison à laquelle il avait été condamné en première instance il ya 4 mois est beaucoup trop sévère.

L’homme établissait des contacts avec des mineurs par le biais de Facebook. Ses victimes, 77 au total, étaient pour la majorité des jeunes filles âgées entre 9 et 14 ans. Une fois en contact avec elles, Wilfred Atapo leur soutirait des photos ou vidéos : elles devaient se maquiller et adopter des positions suggestives. Si elles étaient lègèrement habillées, elles pouvaient aussi être nues.
L’une de ses victimes aurait envoyé à DJ Fred près de 500 photos ou vidéos.

Jeudi 7 mai, par visioconférence, l’homme de la nuit s'est insurgé contre la sévérité de sa peine alors que dit-il, il a vu des cas "plus graves que lui, condamnés à 3 ans de prison alors qu’ils avaient agressé sexuellement des mineurs". 

Malgré les regrets de Wilfred Atapo, le Parquet a rappelé que ses victimes ont, pour certaines, tenté de se suicider, qu’elles n’avaient pas compris que celui qui se faisait passer pour un copain au début, était en fait un maître chanteur qui exigeait des vidéos et photos de plus en plus à caractère pornographique.

C'était notamment le cas d’une adolescente de 13 ans à qui Wilfred Atapo a demandé de "jouer à l’actrice porno". En retour, la jeune fille lui avait envoyé des smileys pleurant à chaudes larmes, en disant qu’elle était incapable de satisfaire sa demande.

Le délibéré sera rendu le 28 mai.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live