Du producteur aux assiettes des cantines scolaires !

consommation tahiti
thomas moutame - restauration collective
©Polynésie la 1ère
Une délégation du Syndicat pour la Promotion des Communes de Polynésie a participé au 35ème forum sur la restauration publique territoriale en France. Des échanges fructueux pour inspirer nos communes en matière de restauration collective

C'est d'abord sur le terrain que la délégation du SPCPF est allée à la rencontre des agriculteurs. Dans les Landes, on compte plus de 10 000 hectares agricoles. Leur mode de production, leurs contraintes... Un savoir-faire et expérience à partager. "Cette délégation est venue prendre un maximum d'informations. C'est d'ailleurs le sens même de ce congrès, de ce forum d'échange. Et puis, c'est également aller à la rencontre des intervenants, qui sont des experts dans leur domaine, sur des sujets qui préoccupent à la fois la Métropole mais également la Polynésie française", explique Christophe Hébert, président de AGORES (Association nationale des directeurs de la restauration collective).

Du terroir à l'assiette, il n'y qu'un pas qui mène la délégation dans la région normande à Harfleur. Au menu : visite de la cuisine centrale. "Bien manger, cela passe par une bonne alimentation et donc par des maraîchers bio qui sont sur notre territoire. L'idée est vraiment de créer des filières du producteur en passant par la restauration municipale mais aussi aider à favoriser des filières de vente", précise Christine Morel, maire de la commune d’Harfleur.

Puis, rencontre avec des élèves de l'école élémentaire qui cultivent des jardinières au sein de l'école et dont les produits serviront à élaborer des recettes en classe lors d'ateliers du goût appelés Cooking Classe. "Nous avons mis en place aussi chez nous en Polynésie, le Cooking Classe. Ici, ils sont rentrés encore plus dans le détail : quelle est la qualité de ce produit ? Quels sont les élements nutritifs de cette plante ? Et si on consomme trop, quelles sont les conséquences ? (...) On a vu des intervenants très enrichissants et qui nous donnent des idées. Comment on peut développer chez nous en Polynésie française ?" s'interroge Thomas Moutame, vice président du SPCPF en charge de la restauration scolaire.

 

©polynesie