publicité

Eau potable: seules 7 communes délivrent une eau conforme

Le Centre d’Hygiène et de Salubrité Publique a poursuivi en 2013, le contrôle de la qualité des eaux destinées à la consommation humaine distribuées par les réseaux et fontaines publics à Tahiti et dans les îles. Sur 124 points de contrôle, 364 prélèvements ont ainsi été effectués en 2013.

© D.R.
© D.R.
  • Par Pierre-Emmanuel Garot
  • Publié le , mis à jour le
Parallèlement, les communes et exploitants privés doivent réaliser un programme de contrôle de la qualité de l’eau qu’ils distribuent conformément à la réglementation en vigueur. Seuls 20 communes et le syndicat intercommunal Te Oropaa ont réalisé en 2013 des autocontrôles, ce qui représente un total de 1391 prélèvements (réseaux et fontaines).
 
Chaque année, le Centre d’Hygiène et de Salubrité Publique établit et diffuse auprès des communes un rapport de synthèse faisant état de la qualité de l’eau qu’elles distribuent. Pour l’année 2013, ce rapport fait apparaître que seules 7 communes (Papeete, Arue, Mahina, Punaauia, Bora Bora, Huahine et Tumaraa) ont fourni de l’eau potable (100% conformité) à leurs administrés. Faa’a (99% de conformité) et Tubuai (97% de conformité) suivent de très près.
 
Les raisons de la mauvaise qualité de l’eau distribuée sont connues : absence d’installations de traitement adaptées et efficaces des ressources en eau, mauvaise exploitation des installations liée à une carence en personnel technique qualifié, vétusté des ouvrages existants, utilisation exclusive de captages d’eaux superficielles, etc.
 
S’agissant des fontaines publiques, seules les fontaines de Temae et Nuuroa à Moorea et la fontaine Papemato à Tahiti sont de qualité satisfaisante.  Il convient de souligner que 13 atolls des Tuamotu ont présenté un projet de centrale de production d’eau potable grâce au contrat de projet Etat-Pays. Certaines sont déjà édifiées et d’autres sont en cours de travaux.
 
Les travaux engagés par les communes, avec la participation du Pays et de l’Etat, ont contribué à une amélioration sensible de la qualité de l’eau. Ils doivent se poursuivre car les communes doivent répondre aux obligations réglementaires relatives à la mise en place d’un service de distribution d’eau potable dont le délai est fixé au 31 décembre 2015.

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play