Environnement : rétrospective de l'année 2019

environnement tahiti
Environnement : rétrospective de l'année 2019
Gros plan sur l'environnement pour cette dernière rétrospective de l'année 2019. Le thème était au coeur d’une série d’événements au fenua et dans la région.
 
L'environnement au coeur des événements au fenua et régionaux

Au centre des débats du 30e Congrès des communes à Rikitea, de la 17e conférence à Tahiti, de l'OCTA, l'association des Pays et Territoires d'Outre mer de l'Union européenne. Le réchauffement climatique était lui, à la Une du 50e forum des îles du Pacifique à Fidji. Il tiendra aussi la tête d’affiche  lors du du One Planet Summit prévu en avril sous la présidence du chef de l'Etat Emmanuel Macron, en visite officielle en Polynésie française.

 

L'année débute avec cette bonne nouvelle :

Les sacs de caisse et oxo-fragmentables seront interdits au 1er mars. Pour tous les autres sacs plastiques, ce sera pour le 1er juillet 2021.


Le bilan des opérations d'enlèvement des déchets à Tahiti et dans les îles. 250 tonnes sortis des rivières. 700 tonnes de déchets dangereux collectés et traités et 120 tonnes de déchets électriques. Plus de 1600 épaves envoyées à la casse. Une vingtaine de plages nettoyées aux Tuamotu.

Le Pays se dote d'un code de l'énergie plus vert qui confirme son objectif d'atteindre à l'horizon 2030, 75% d'énergies renouvelables. Il inaugure sa 4e centrale hydroélectrique. 
Les moteurs nouvelle génération pour les navires et les kits lampadaires solaires sont exonérés de taxes. 

Le réseau d'assainissement de la capitale s'étend de Fare Ute à Paofai

Une 1ère dans le Pacifique : des bus électriques arrivent à Tahiti.

Le Pays édite un guide sur les arbres et arbustes et un kit éducatif sur les vallées et les rivières. Des projets sont sur les rails. Une déchetterie à la Punaruu et à terme une douzaine dans les îles. Mais pas avant janvier  2022. Une loi du pays "responsabilité élargie des producteurs".

En clair, les vendeurs seront obligés de récupérer et de recycler les produits en fin de vie achetés par les particuliers. 

Ces 2 temps forts :
- La Polynésie française avec sa plus grande aire marine gérée au monde « Tainui Atea », intègre le comité de pilotage national des aires marines protégées.
- La participation pour la 1ère fois, au forum des îles du Pacifique,  du secrétaire général de l'ONU. Antonio Gutterés reconnaît -je cite- l'autorité morale qu'ont les îles du Pacifique à faire de la question de la lutte contre le réchauffement climatique, une priorité pour l'ensemble des Pays du monde".

Côté associations, on marche - aussi- au fenua pour déclarer l'état d'urgence climatique. La FAPE qui regroupe 35 associations de défense de l’environnement, se prononce pour le retrait du projet de Makatea et de la  route du sud. 

Une interrogation ?
Le port autonome a besoin d'espace pour se développer.
Le centre de tri et de recyclage doit déménager. Il demande de prolonger son bail jusqu'en 2025.

Enfin, l'année 2019 aura été marquée par l'affaire des bonbonnes de gaz toxiques à la dérive dans la rade de Papeete suite à l'immersion du Kura Ora 2. Mais également par les pollutions aux sacs plastiques chinois, des plages de Hiva Oa, Faaone et de la réserve de biosphère de Kauehi.
 

A retenir :

La participation des collégiens de Bora Bora à la rédaction de « la Déclaration des droits de la planète et du vivant » du Parlement européen de Strasbourg mais aussi à l’écriture de ce qui est devenu son hymne "Nous, enfants de l'Océan". Ou encore le 1er forum éco-mobilité à Tahiti, la nouvelle opération de la ville de Papeete "je finance ton vélo neuf " et la 12e tortue d'or pour Arue.
 

Environnement : rétrospective de l'année 2019 de Marie-Christine Depaepe


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live